Un Lituanien a réussi arnaquer de 100 millions de dollars Google et Facebook

ARNAQUE Il y a un mois, la police arrêtait un homme ayant réussi a extorqué 100 millions de dollars à deux géants d’internet, dont les identités avaient été gardées secrètes. Il s’agissait de Google et Facebook…

M.F

— 

Les logos officiels de Facebook et Google.

Les logos officiels de Facebook et Google. — DR

Piégés par de simples mails. En mars dernier Evaldas Rimasauskas, un Lituanien de 48 ans, était arrêté pour avoir volé plus de 100 millions de dollars à deux grandes entreprises américaines de technologie.

Si la justice n’avait pas révélé leurs identités, une enquête du magazine Fortune affirme qu’il s’agit de Google et de Facebook. Quand on sait de quelle manière les deux géants d’Internet se sont fait avoir, on comprend mieux leur volonté de discrétion.

Des contrats imaginaires

Tout a commencé en 2013. Evaldas Rimasauskas, qui n’est ni un hacker, ni un expert du Web, crée une fausse entreprise de matériel informatique, enregistrée en Lettonie. Il prend soin de lui donner exactement le même nom qu’une autre vraie entreprise taïwanaise, elle aussi spécialisée dans le matériel informatique. Le Lituanien envoie ensuite aux représentants Google et Facebook, des contrats imaginaires, de faux bons d’achat ou encore des lettres soi-disant signées des dirigeants de la société, aux représentants Google et Facebook.

>>À lire aussi: Gironde: Une entreprise de rénovation de l'habitat arnaquait les personnes âgées

Comme ils ont l’habitude d’effectuer des transactions de plusieurs millions de dollars avec le fabricant asiatique, ils suivent sans repérer l’arnaque, les instructions d’Evaldas Rimasauskas. C’est ainsi que pendant deux ans, ils ont transféré des dizaines de millions d’euros vers des comptes en Lettonie, en Lituanie, à Chypre, en Slovaquie, en Hongrie et à Hong Kong.

Aujourd’hui le Lituanien risque jusqu’à 20 ans de prison. De leur côté, Google et Facebook ont précisé qu’ils avaient récupéré les 100 millions de dollars qu’ils avaient perdus.

Mots-clés :