Ce n'est pas un aéroport, c'est une ferme! Un ministre irlandais a exprimé sa surprise face à l'erreur du nouveau service maps d'iOS6, estimant que «la confusion pouvait être dangereuse» pour des pilotes amateurs. Il n'est pas le seul à se plaindre.

Erreurs et fonctions manquantes

Villes mal placées, lieux absents, mauvais itinéraires, modélisation 3D hasardeuse, nuage sur certaines vues satellites... Les critiques sur Twitter fusent. Les sites Mashable et Gizmodo s'amusent en publiant des galeries du «monde selon Apple Maps». Il y a évidemment un tumblr et un faux compte Twitter.

Globalement, il semble que les problèmes soient concentrés en Europe et en Asie et que les cartes américaines soient plus précises. Apple utilise des données de TomTom et de plusieurs entreprises rachetées ces dernières années. TomTom explique toutefois à la BBC qu'il fournit des données «brutes» à Apple et qu'il n'est pas responsable de l'utilisation qui en est faite. Autre point noir, mais qu'on connaissait déjà: l'absence d'itinéraire pour les transports en commun (il faut passer par d'autres apps) et de mode «street view».

La pub locale convoitée

Le plus gênant pour l'utilisateur passé à iOS6, c'est qu'il n'a pas le choix. Apple payait jusqu'ici des droits de licence à Google Maps mais l'entreprise a choisi d'arrêter son partenariat pour lancer son offre maison. Le business de la cartographie est en effet clé dans la guerre de la publicité locale. Et si Apple y travaille depuis un moment, il a plusieurs années de retard sur Google. Même en faisant remonter les bugs et en les corrigeant un à un, il faudra sans doute longtemps à Apple avant de rivaliser.

Dans l'immédiat, les utilisateurs peuvent toujours se retourner vers la version mobile de Google Maps, ou espérer que l'entreprise publie une app iOS prochainement, comme elle l'a fait pour YouTube. A moins que Google ne choisisse de jouer la montre pour tenter de séduire davantage de clients avec Android.

Utilisez-vous Apple Maps en France? Avez-vous noté des erreurs?