Roland-Garros: Face à un Murray dur au mal, Djokovic «a juste cherché à rester calme»

TENNIS Le Serbe s'est bien fait rentrer dedans en demie...

A Roland-Garros, Nicolas Camus

— 

Novak Djokovic bousculé par Andy Murray en demi-finale de Roland-Garros, le 6 juin 2015.
Novak Djokovic bousculé par Andy Murray en demi-finale de Roland-Garros, le 6 juin 2015. — David Vincent/AP/SIPA

Intouchable depuis le début du tournoi - parlez-en à Nadal -, Novak Djokovic s’est fait (un peu) peur en demi-finale. Andy Murray, après deux premiers sets compliqués, a en effet fait vaciller le numéro 1 mondial. Une entreprise entamée avec brio vendredi soir et poursuivie de main de maître ce samedi midi, dès la reprise du match.

>> Le match à revivre en direct

Après l’interruption de la veille, les deux joueurs sont revenus sur le court à deux sets à un et trois jeux partout dans la quatrième manche, que l’Ecossais s’est adjugée rapidement. « Il a sorti des coups magnifiques, il a très bien joué et il méritait de gagner ce set, c’est certain, juge Djoko. Face à ça, j’ai juste cherché à rester calme et je me suis dit que j’aurai moi aussi des chances à saisir dans le cinquième. »

Bingo. Il a profité d’une légère baisse de tension de Murray pour lui piquer son service d’entrée. Ensuite, il a déroulé pour finalement s’imposer, 6-1. « Les matchs contre Andy sont toujours difficiles, note le Serbe. A chaque fois, c’est très exigeant parce que si vous regardez tous les compartiments du jeu, on a des styles assez semblables. On se fait courir beaucoup, on joue au chat et à la souris. C’est fatigant de jouer contre lui, c’est épuisant. »

Son attitude après le match le confirme. Venu en conférence de presse environ trois minutes après être sorti du court - record de la quinzaine - Djokovic, qui a fait appel au médecin vendredi pour soigner sa jambe, semble un peu entamé. Pas de panique, il reste toutefois le grand favori face à Wawrinka pour soulever son premier trophée Porte d’Auteuil.