Transparence: La fédé de rugby a-t-elle truqué un vote pour avancer le match du dimanche?

RUGBY La FFR a-t-elle truquée sa consultation des clubs amateurs pour décaler le match de Top 14 du dimanche de dix minutes...

G.B.

— 

Bernard Laporte, le président de la FFR.
Bernard Laporte, le président de la FFR. — J.E.E/SIPA

En août dernier, on a appris que le match de Top 14 censé se jouer le dimanche à 17 heures allait finalement se dérouler à 16h50: un geste fait en direction du diffuseur Canal+ puisque cela permet « au diffuseur de mieux organiser sa grille et de donner plus de cohérence à son émission Canal Rugby Club », explique L'Equipe, et qui devait également permettre aux clubs amateurs qui jouent à 15 heures, de pouvoir les visionner.

Ce changement était l'objet d'un bel exemple de démocratie participative: quelques semaines plus tôt, à la fin du mois de juillet, la FFR avait lancé « une consultation auprès de ses clubs pour le match du dimanche », dans le cadre de « ses consultations décentralisées sur tous les sujets touchant à l'intérêt général du rugby », rappelle le quotidien sportif. De quoi permettre à la FFR de faire d'une pierre deux coups : contenter Canal Plus et réaliser un joli coup de comm' en montrant qu'il s'attache à l'avis des clubs amateurs.

Les clubs ont donc dit « oui » (à une toute petite majorité, mais « oui » quand même), et le match du dimanche a été décalé à 16h50. Midi Olympique s'est fait le relais de l'info et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

34 votes venus d'ailleurs

Enfin, jusqu'à ce que L'Equipe ne mette le nez dans les votes. Le quotidien sportif a découvert que dans « cette consultation ouverte exclusivement aux clubs via leur boîte mail » qui leur permettait d'accéder à un questionnaire en ligne (particulièrement orienté), 34 votes ont finalement été « enregistrés par mail, appels téléphoniques ou bouche-à-oreille ». Et surprenamment ces 34 votes intraçables ont fait pencher la balance vers une acceptation du changement d'horaire à 16h50.

« Sur les plus de trois cents votants s'étant exprimés sur Internet, une majorité de "non" à l'avancée du match se dégagea. Selon nos informations, la négative l'emportait à 52 %. [...] Comment 52 % de "non" ont-ils pu se transformer en "verdict légèrement favorable" ? Figurez-vous que trente-quatre voix ont été ajoutées dans l'outil de consultation, à la main, en fin de scrutin. Ce qui rend la chose encore plus suspecte, c'est qu'on dénombre trente "oui" pour quatre "non". »

De consultation à sondage

Contactée, la FFR a multiplié les explications, mais aucune ne semble vraiment satisfaisante, même si elle continue d'assurer qu'il n'y a pas eu de triche. La fédération a également tenté de faire marche arrière et d'expliquer que ce n'était qu'une « enquête d'opinion », qui n'avait « aucune valeur statuaire ». Quelques mois plus tôt, avant que les résultats ne soient connus, la FFR écrivait pourtant que « les clubs étant les premiers concernés par cette sollicitation: la décision à prendre doit être la leur ». Alors, comme le conclut L'Equipe:

« Ce n'est pas tant le sujet de la consultation qui pose problème. C'est le mépris pour le rugby amateur qui se cacherait derrière, ce rugby à qui Laporte et son équipe dédient tous leurs actes. Après avoir promis de sauver la FFR du totalitarisme passé, il serait consternant de donner l'illusion d'une démocratie participative ».

Tout ça, pour un changement d'horaire de dix minutes.