Rugby à XIII: Un Australien préfère l'amputation d'un doigt à l'opération pour rejouer plus tôt

RUGBY En même temps, c'était le majeur et il ne pouvait plus le plier, alors ça faisait bizarre...

N.C.

— 

Un match de rugby à XIII entre la France et l'Australie, le 21 novembre 2004 (photo d'illustration).
Un match de rugby à XIII entre la France et l'Australie, le 21 novembre 2004 (photo d'illustration). — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Allez, comme ça on n’en parle plus. Le joueur de rugby à XIII australien Angus Crichton a décidé de se faire amputer d’un doigt, plutôt que de se faire opérer, afin d’être sûr d’être prêt pour la nouvelle saison de championnat. Blessé au majeur de la main gauche, il aurait en effet dû être absent des terrains pendant trois mois s’il avait opté pour la chirurgie, raconte le Guardian ce jeudi.

« Mon majeur reste tendu, on dirait que j’insulte sans cesse les gens »

Le jeune seconde ligne (21 ans) assume totalement son choix. D’autant que le doigt incriminé l’embêtait depuis plusieurs mois maintenant. « C’est une blessure constante depuis que je joue chez les moins de 20 ans, a-t-il dit au site Internet de PlayersVoice. Je n’ai plus d’articulation, j’ai beaucoup de mal à le plier. Si je serre le poing, mon majeur reste tendu, on dirait que j’insulte sans cesse les gens. »

Se faire amputer pour pouvoir continuer sa carrière dans de meilleures conditions n’est pas une première en Australie. Le Guardian cite les exemples de Daniel Chick et Brett Backwell, deux anciennes stars du football australien (qui se joue aussi avec les mains) à qui cela avait plutôt bien réussi.