Mourad Boudjellal promet «la guerre nucléaire» à Canal+

RUGBY Le président de Toulon ne veut pas jouer le dimanche, comme l'a prévu le diffuseur du Top 14...

B.V.

— 

Mourad Boudjellal le 2 octobre à Marseille pour RCT-Montpellier
Mourad Boudjellal le 2 octobre à Marseille pour RCT-Montpellier — BORIS HORVAT / AFP

Le Top 14 a pas encore commencé qu'on a déjà droit à deux polémiques. D'abord, c'est Bernard Laporte qui aurait des liens financiers avec le président de Montpellier Mohed Altrad, et maintenant c'est Canal+ qui voudrait faire jouer Toulon le dimanche pour ses deux premiers matchs à domicile. Quel est le problème, me demanderez-vous. Eh bien, pour le président du RCT, c'est avant-tout une question de billetterie. Les matchs diffusés le dimanche dans l'après-midi (17h) faisant tout simplement moins recette sur la Rade. 

>> A lire aussi : Prétendus liens Altrad-Laporte: «Si c'est avéré, c'est grave et choquant», estime Paul Goze

« J’estime que ce n’est plus moi qui dirige le club, mais la ligue, donc je vais les appeler en responsabilité, balance Mourad Boudjellal dans Var-Matin. Ils ont aujourd’hui la possibilité de me réduire ma billetterie, ils ont la possibilité de m’augmenter mes charges (le dimanche, je paye tout le monde double.). Ils ont la possibilité de me réduire mes hospitalités, mon merchandising, donc c’est eux qui dirigent mon budget. Ils ont décidé de changer l’économie du rugby, de transférer une partie de la billetterie sur les droits télé, mais je me rends compte qu’ils transfèrent surtout le billetterie du RCT qu’ils ont redistribué à part égale à tout le monde. »

« J'ai cru que Mélenchon avait pris le pouvoir en France »

Le président du RCT avait en effet «accepté» de faire deux matchs le dimanche à Mayol sur toute la saison. Un quota respecté... dès les premières journées. Ce qui rend dingue Boudjellal, forcément. « Quand j’ai lu ça depuis mes vacances aux Etats-unis, j’ai cru que Mélenchon avait pris le pouvoir en France. Ce n’est plus acceptable ! Je vois Canal + dans deux jours. Si on n’obtient pas un accord de dédommagement, ce sera la guerre nucléaire. Je le dis et je le répète : si on n’a pas de dédommagement, on ne jouera pas à Mayol le dimanche ».