Fusion: Les coachs Laurent Travers et Laurent Labit n'ont pas hésité à dire oui

RUGBY Les deux actuels entraîneurs du Racing 92 sont optimistes sur l'équipe qui pourrait se dégager de cette décision... 

N.C. avec AFP

— 

Laurent Travers (de face) et Laurent Labit, les deux coachs du Racing 92, sont amenés à prendre en main la future équipe née de la fusion de leur club avec le Stade Français.
Laurent Travers (de face) et Laurent Labit, les deux coachs du Racing 92, sont amenés à prendre en main la future équipe née de la fusion de leur club avec le Stade Français. — Seconds Left/Shuttersto/SIPA

Laurent Travers et Laurent Labit, les actuels entraîneurs du Racing 92 promis à devenir ceux de l'équipe professionnelle issue de la fusion entre leur club et le Stade Français la saison prochaine, n'ont pas hésité à accepter ces nouvelles fonctions. «Qui hésiterait, lorsque vous êtes entraîneurs et que vous avez la passion d'entraîner, à accepter ce genre de proposition ? Je n'en connais pas. Non, ça ne nous est pas venu à l'idée de refuser», a affirmé Travers devant la presse, mercredi, au siège du club francilien.

>> A lire aussi: Grève ou rachat, comment les joueurs et les supporters se rebellent contre la fusion

«Quand vous regardez sportivement ce que ça peut amener, ce que ça peut être, je ne connais pas aujourd'hui un entraîneur qui ne voudrait pas entraîner ce genre d'entité sportive», a-t-il insisté. La proposition leur a été présentée «il y a une dizaine de jours, juste avant le match de Grenoble (le 4 mars)», a précisé le technicien sacré champion de France en 2016 avec le Racing.

Interrogé sur le risque que le championnat soit faussé par la grève débutée mardi par les joueurs du Stade Français, qui demandent le retrait du projet de fusion, Travers a calmé le jeu en estimant que ce n'était «pas à l'ordre du jour». «Pour le moment, est-ce qu'ils (le Stade Français) joueront ou pas, on ne sait pas», a déclaré le technicien, ajoutant qu'il n'avait «pas la connaissance du dossier».

>> A lire aussi: Les présidents des deux clubs «ont conscience d’avoir mis une bombe»

Répondant à une question sur l'état d'esprit de ses joueurs, Travers a reconnu que «tout le monde était perturbé». «Mais on a essayé de rester concentré sur la chose essentielle, le match» à Montpellier samedi, a-t-il ajouté. Plus tard, le troisième ligne Yannick Nyanga s'est contenté d'évoquer «beaucoup de surprise» parmi ses coéquipiers.