Sébastien Tillous-Borde lors d'un match entre Toulon et Leicester le 13 décembre 2014.
Sébastien Tillous-Borde lors d'un match entre Toulon et Leicester le 13 décembre 2014. — Huw Evans/REX/REX/SIPA

RUGBY

Face aux suspicions de dopage, Toulon joue la carte «troll»

Un joueur et un membre du staff sont cités dans un ouvrage à paraître jeudi…

L'article du Monde n'est pas très bien passé dans le Var. Publié vendredi, il reprend des passages du livre de Pierre Ballester sur le dopage dans le rugby «Rugby à charges», à paraître le 5 mars, et évoque les noms du demi de mêlée du RC Toulon Sébastien Tillous-Borde et de l'ostéopathe du club, Jean-Pierre Darnaud. L'international tricolore aurait travaillé avec Alain Camborde, vice-champion du monde de body-building en 1993, condamné en juin 2013 à trois mois de prison avec sursis pour importation et détention de marchandises prohibées et exercice illégal de la profession de pharmacien. Quant aux méthodes de Darnaud, elles sont ciblées par Christian Bagate, chargé de la lutte antidopage à la Fédération française de rugby.

En guise de défense, Toulon a misé sur l'ironie. Samedi, le champion de France et d'Europe a publié un communiqué pour annoncer qu'il embauchait le docteur Eufemiano Fuentes, médecin au centre de l'affaire Puerto en Espagne. «Celui-ci ayant fait ses preuves dans le cyclisme, le RCT le nommera responsable de la performance. Une pharmacie attenante au centre d'entraînement de Berg sera construite, Jean-Pierre Darnaud se verra promu Gourou en chef du Rugby Club Toulonnais et responsable des techniques de magie noire tandis que Sébastien Tillous-Borde attaquera le prochain Tour de France au sein de l'équipe Rouge et Noir pilules et perfusions une fois sa saison rugbystique achevée», écrit le club varois. Ce qu'on appelle un troll, un vrai.