Roland-Garros: Les six raisons (complètement absurdes) qui nous font croire à l’exploit de Gasquet contre Djokovic

TENNIS Il a fallu les chercher loin…

B.V.

— 

Richard Gasquet face à Novak Djokovic en 2011
Richard Gasquet face à Novak Djokovic en 2011 — REAU ALEXIS/SIPA

Richard Gasquet n’est pas favori de son huitième de finale face à Novak Djokovic, c’est le père de tous les euphémismes. Mais puisqu’il faut être optimiste avant que notre Riri national affronte le n°1 mondial, 20minutes a cherché six raisons de croire que l’exploit est possible. Et croyez-nous, il a fallu creuser pour les trouver.

>> EN DIRECT. Roland-Garros: Simon pas réveillé... Wawrinka déjà très costaud...

Parce que Richard a déjà explosé Djokovic

Alors oui, peut-être quand les onze duels entre les deux hommes, Djokovic en a gagné 10. Mais la fois où il l’a emporté, Richard Gasquet a marché sur le Serbe. 6-4, 6-2 en à peine une heure, un Djoko complètement débordé par le revers d’un Richard magnifique. Alors peut-être que c’était en 2007, lors d’un match de poule aux Masters en toute fin de saison. Mais «si tu l’as fait une fois, c’est que tu es capable de le refaire». Proverbe français de Roger Lemerre, juin 2002.

Parce que Richard n’a plus perdu en huitièmes de finale de Grand Chelem depuis deux ans

Finie, la malédiction des huitièmes de finale perdus en Grand Chelem. Lui qui en a perdu quinze dans sa carrière reste sur deux années entières sans avoir lâché à ce stade de la compétition d’un tournoi majeur. La dernière, c’était à Roland en 2013, face à Stan Wawrinka dans un match mythique. Depuis, le Français reste sur 100% de victoires en huitièmes, à savoir une sur une face à Raonic à l’US Open 2013. Et depuis, il n’a pas passé le troisième tour du moindre Grand Chelem.

(Les éliminations de Richard Gasquet en Grand Chelem avec dans l'ordre: Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon, US Open)

Parce que le coach de Gasquet a toujours massacré celui de Djokovic

Il y a des stats qui ne mentent pas et celle-là n’en fait pas partie. Durant leur carrière, les coachs de Richard Gasquet et Novak Djokovic, Sergi Bruguera et Marian Vajda, se sont affrontés à deux reprises sur le circuit. Les deux fois sur terre battue. Et les deux fois à l’avantage de l’Espagnol (à Stuttgart et Hambourg en 1989). Coïncidence? Ne nous le croyons pas. L’avantage psychologique et tactique est clairement à l’avantage du Français.

Parce que Richard Gasquet a déjà fait tomber le n°1 mondial

Dans le circuit, on l’appelle le «coupeur de tête». Durant toute sa carrière, Richard Gasquet s’est fait la réputation de faire tomber les n°1 mondiaux à tour de bras, puisqu’il a réussi cet exploit à un total de une reprise. C’était en 2005 (!), à Monte-Carlo, quand il était venu à bout de Roger Federer au terme d’un combat épique. «Si tu l’as fait une fois, c’est que tu es capable de le refaire». Comme l’impression d’avoir déjà lu ça quelque part…

Parce que Richard, lui, a déjà gagné Roland-Garros

C’est le grand drame de Novak Djokovic. US Open, Wimbledon, Open d’Australie: il a pour l’instant gagné tous les tournois du Grand-Chelem… sauf un, Roland-Garros. Alors que Richard, lui, s’est déjà imposé sur la terre battue parisienne. Et plutôt deux fois qu’une. En junior en 2002 puis en double mixte avec Tatiana Golovin deux ans plus tard. Autant dire que notre Français n’a plus la pression du résultat sur les épaules et a déjà prouvé qu’il gérait visiblement mieux la pression des grands rendez-vous Porte d’Auteuil que son adversaire.

Parce que Djokovic a déjà perdu cette saison contre un joueur moins bien classé que Richard (et de 36 ans)

C’était lors d’un des premiers tournois de la saison à Doha. Pas encore en forme, Novak Djokovic s’est incliné face à l’immense serveur croate Ivo Karlovic, 27e joueur mondial et âgé de 36 ans. Preuve qu’il est faillible. Bon, c’est vrai que Richard n’a pas tout à fait le même type de jeu que Karlovic, mais on prend chaque petite note d’espoir là où elle se trouve.