OM-PSG: Attente interminable et portes d'entrées condamnées, c'était le foutoir au stade de France

FOOTBALL Les supporters ont confié leur mécontentement à propos des conditions d'accès au Stade de France...

J.L.

— 

Les supporters marseillais lors de la finale de la Coupe de France le 21 mai 2016.
Les supporters marseillais lors de la finale de la Coupe de France le 21 mai 2016. — FRANCK FIFE / AFP

L’Euro n’est que dans trois semaines et ce qui s’est passé samedi soir au Stade de France n’est pas franchement rassurant. S’il n’y a pas eu d’incidents majeurs à déplorer, de nombreux supporters ont pu constaté à quel point ça allait être coton pour prendre place aux tribunes. « On tourne surtout en bourrique, explique un supporteur parisien dans Le Parisien. Je souhaite bien du courage aux étrangers qui viendront pendant l’Euro ».

L’objet du malaise ? Un mal fou pour tout le monde à trouver les points d’entrée menant au stade, puisqu’un mur d’enceinte de deux mètres de haut a été installé tout autour du stade, laissant seulement apparaître quatre points d’entrées non indiqués. La conséquence ? Des supporters qui se croisent et qui se chauffent en cherchant désespérément un accès au stade. Une fois celui-ci trouvé, il a parfois fallu attendre plus de 45 minutes pour passer l’étape des fouilles et des palpations, sans que cela n’empêche certains supporters d’entrer avec des bombes agricoles et des fumigènes, à l’image de l’animateur Michaël Youn.

>> A lire aussi : OM-PSG : Michaël Youn bientôt interpellé pour avoir allumé un fumigène en tribunes ?

Par ailleurs, plusieurs départs d’incendie ont été contenus juste à temps dans le virage marseillais. « Il est bien dommage qu’il y ait eu de tels comportements qui n’ont absolument rien à voir avec ceux que l’on attend dans les enceintes de football et dans des tribunes », a déclaré Antoine Boutonnet, le chef de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme Il a évoqué « un comportement des supporters marseillais tout à fait acceptable jusqu’à la fin du match, où effectivement on a eu quelques départs d’incendies dans les tribunes ».