Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
ALPESLe maire du Val d'Isère compte se battre pour avoir les JO d’hiver 2030

JO d’hiver 2030 : « Les Jeux sans Val d'Isère, ça aurait moins de saveur », selon le maire de la station

ALPES
La semaine dernière, la station de Savoie a été écartée du projet des Alpes françaises pour accueillir les JO d’hiver en 2030
Le Critérium de la première neige, traditionnelle étape française de la Coupe du monde de ski alpin qui se déroule ce week-end au Val d'Isère (Illustration)
Le Critérium de la première neige, traditionnelle étape française de la Coupe du monde de ski alpin qui se déroule ce week-end au Val d'Isère (Illustration) - Gabriele Facciotti/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

«Une tartiflette sans lardon », « Paris sans la Tour Eiffel » ou encore « un match à Londres en dehors de Twickenham ». Aucune métaphore n’est assez imagée pour Patrick Martin, maire du Val d'Isère pour décrire les Jeux olympiques d’hiver sans la participation de sa station. La semaine dernière, elle a été écartée du projet des Alpes françaises pour accueillir les JO d’hiver en 2030. Pour l’élu, très déçu, cette décision est « inconcevable ».

« Le ski de compétition, c’est ici », a-t-il affirmé jeudi, lors d’une conférence de presse au sujet de son Critérium de la première neige, traditionnelle étape française de la Coupe du monde de ski alpin qui se déroule ce week-end. « C’est quelque chose qui est dans nos gènes, nos ADN », a-t-il ajouté.

« Des Jeux sans Val d'Isère, ça aurait moins de saveur »

La semaine dernière, le Comité international olympique (CIO) a créé la surprise en annonçant que la candidature des Alpes françaises était la seule encore en lice pour accueillir les JO en 2030, un pas de géant vers l’organisation des premiers Jeux d’hiver en France depuis ceux d’Albertville en 1992. « On était heureux. C’est la reconnaissance d’abord de la France, puis des Alpes et puis de Val d'Isère », a dit Patrick Martin.

Mais c’est la douche froide 48 heures plus tard avec un « coup de fil de Laurent Wauquiez [le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes] à 18 heures vendredi pour nous dire que ça serait très compliqué, que le CIO demande un regroupement des sites et que du coup Val d'Isère et Isola 2000 avaient été retirés. C’est comme ça que je l’ai appris. »

« On me dit mercredi que les Jeux olympiques vont avoir lieu en France et qu’on entre en dialogue ciblé. Pour moi, un dialogue ciblé, c’est une conversation […] On se dit qu’on a neuf mois pour discuter et là, on a l’impression que la conversation est déjà terminée », a-t-il déploré. « Moi je veux juste faire partie du tour de table qui discute du projet », a-t-il encore ajouté. « Des Jeux sans Val d'Isère, ça aurait moins de saveur. Ils auront lieu, ils n’auront pas la même saveur. » L’élu a affirmé qu’il avait écrit à la ministre des Sports, à la Première ministre et au président de la République pour faire valoir les atouts de sa station. Il aura aussi l’occasion d’en discuter samedi avec Laurent Wauquiez, qui fait le déplacement à Val d'Isère.

Sujets liés