Messi au PSG : « Ça a été la folie ! »… On vous raconte la conférence de presse la plus dingue de l’histoire de la L1

FOOTBALL Leo Messi et le PSG ont vécu une journée plutôt chargée à l’occasion de la présentation de l’Argentin devant la presse, mercredi, au Parc des Princes

Aymeric Le Gall
— 
Voici en exclusivité mondiale la nouvelle photo que Al-Khelaïfi va mettre sur sa table de nuit.
Voici en exclusivité mondiale la nouvelle photo que Al-Khelaïfi va mettre sur sa table de nuit. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
  • Leo Messi était présenté à la presse et aux supporters mercredi au Parc des Princes.
  • Le joueur s’est engagé pour deux saisons plus une en option avec Paris.
  • Sa présentation, à l’image de ce transfert hors du commun, a dépassé tout ce qu’avait connu le PSG jusqu’ici.

La Joconde n’a qu’à bien se tenir, il y a un nouveau shérif en ville. Ce n’était donc pas un mirage de l’esprit ni un coup de bluff savamment orchestré par les scénaristes du Barça : Leo Messi est bel et bien un joueur du Paris Saint-Germain. Rendez-vous compte, UN JOUEUR DU PARIS SAINT-GERMAIN !!!! Jusqu’à mercredi, jour de sa présentation officielle aux médias du monde entier, on refusait pourtant encore d’y croire. Et ce n’est pas cette apparition dérobée à l’aéroport du Bourget et ce salut à la foule façon Queen Elizabeth depuis le balcon de Buckingham qui allait mettre à mal notre théorie de l’hallucination collective. Un fake, un de plus, voilà tout.

Quid de la vidéo publiée sur le compte Twitter du PSG présentant Messi sur la pelouse du Parc sous le maillot parisien ? Des images de synthèses à la FIFA 21, voyons. Et pourtant… Quand la Pulga a débarqué dans l’auditorium du Parc des Princes, tiré à quatre épingles et avec juste ce qu’il faut de retard pour pousser le désir d’une salle pleine à craquer à son paroxysme, le doute n’était plus permis. Qu’on se le dise, du haut de ses six ballons d’Or et de ses quatre Ligue des champions, Messi c’est Paris.


Heureux qui comme Nasser 

Il n’y avait qu’à voir le visage illuminé de Nasser Al-Khelaïfi, à deux doigts de claquer un limbo en montant sur l’estrade, pour prendre la mesure de ce que vient de réaliser le PSG. Dix ans tout pile après avoir pris en mains les destinées du club de la capitale, NAK et le prince Al-Thani tiennent leur coup de maître, leur chef d’œuvre. « Je suis très heureux et fier de présenter Leo Messi en tant que joueur du PSG. C’est une journée incroyable et historique pour le club et le monde du football. C’est un moment fantastique, chacun connaît Leo, c’est le seul joueur qui a gagné 6 Ballons d’or. Leo rend le football magique », a joliment déclaré le boss en ouverture avant de saluer le travail de Leonardo (Pas Da Vinci, l’autre), le directeur sportif en charge des tractations en coulisses avec le clan Messi.

« Je suis très fier de toi Leo (nardo). C’est très sincère, regardez, je ne lis pas mes notes, rigole-t-il en montrant les feuilles étalées devant lui. Tu as fait un travail fantastique pour le club et ses supporters. » Souvent malmené en coulisse ces derniers mois, le Brésilien a dû apprécier. Puis vint le moment du discours du roi. Première constatation : les larmes de crocodiles ont vite laissé la place à un sourire radieux visiblement pas (trop) forcé.

« Chacun sait comment je suis parti de Barcelone, ça a été vraiment très dur car j’ai passé beaucoup d’années là-bas mais, à peine arrivé ici, je peux dire que je me sens très heureux. Je suis enthousiaste à l'idée de m'entraîner. J'ai envie de commencer à m'entraîner parce que j'ai trop envie de me retrouver avec le staff pour commencer cette nouvelle étape de ma carrière. »

Il n’a d’ailleurs pas hésité à saluer « la vitesse » avec laquelle le PSG a pris le dossier en main, après « la publication du communiqué du Barça » actant le divorce entre les deux parties. A la différence des supporters blaugranas, les plaies ont donc rapidement été pansées, preuve qu’en football plus qu’ailleurs, les choses vont très vite dans un sens comme dans l’autre.

Da Fonseca, premier ultra

Et l’accueil que les fans parisiens lui ont réservé depuis dimanche au Bourget n’a pas manqué de faire réagir le maestro argentin : « Ça a été la folie ! S’il manquait quelque chose pour que je sois définitivement heureux, c’est cet accueil fou de la part des supporters. Je leur en suis très reconnaissant. Dès que le communiqué du Barça est sorti, les gens étaient déjà dans les rues, comme si j’étais arrivé alors que rien n’était encore acté ! ».


Il faudra alors qu’il se mouille la nuque, samedi, car sa présentation officielle avant PSG-Strasbourg, dans un Parc des Princes tout heureux de retrouver ses 45.000 locataires après un an et demi de Covid-privation, risque de lui chatouiller les tympans. Il en a d’ailleurs eu un petit avant goût au terme des 40 minutes qu’a duré la conférence de presse. Le premier à dégoupiller (à la surprise générale) ? L’ancien Parisien et actuel consultant beIN Sport Omar Da Fonseca, amoureux fou du génie de Rosario, qui a à peine attendu la fin de la conf’ pour sortir de sa tanière et hurler « MESSI, MESSI, MESSI ! » en plein auditorium, provoquant l’hilarité de la salle et ddu joueur.

Présentation au Parc samedi 

A quelques mètres de là, devant le Parc des Princes, plusieurs centaines de supporters, dont quelques têtes bien connues du Collectif Ultras Paris, attendaient eux aussi leur nouveau joujou, tambours, drapeaux et fumigènes en mains. C’est ainsi que la Pulga a fait connaissance avec ses nouveaux locos. Dans la foule, c’est l’hystérie. Ça chante à s’en faire péter les cordes vocales, les torches illuminent le parvis du Parc tandis que des pétards éclatent de partout, poussant même la police à balancer quelques lacrymos – tradition française oblige – pour calmer les plus excités. Peine perdue évidemment.

Messi a rencontré ses nouveaux potos devant le Parc, mercredi.
Messi a rencontré ses nouveaux potos devant le Parc, mercredi. - Bertrand GUAY / AFP

« Wallah j’ai vu Messi en vrai ! Je l’ai vu en entier, j’te jure, il était à 50m de moi, il m’a fait ça », s’enflamme un jeune garçon en mimant un pouce en l’air à son pote, avant de prendre la direction du métro et de reprendre une activité (à peu près) normale. Il était alors 12h10 et Messi venait de regagner les entrailles du Parc des Princes pour poursuivre son marathon médiatique. SON Parc des Princes, désormais. Non mais en fait même dit comme ça, on ne réalise toujours pas.