Le projet de Super Ligue Européenne annoncé ce dimanche (sans le PSG et le Bayern) ? L'UEFA monte une cellule de crise

FOOTBALL Selon le Sunday Times et le New York Times, douze tops clubs européens seraient sur le point de faire sécession de l’UEFA en annonçant la création d’une Super Ligue Européenne, concurrente directe de la Ligue des champions

Aymeric Le Gall

— 

L'Uefa est censée présenter officiellement lundi son projet de réforme de la Ligue des champions.
L'Uefa est censée présenter officiellement lundi son projet de réforme de la Ligue des champions. — FRANCK FIFE / AFP

Le football européen est-il à deux doigts d’imploser ? C’est la tendance ces dernières heures après les informations du Sunday Times au Royaume-Uni et du New York Times aux Etats-Unis au sujet du projet séparatiste de Super Ligue Européenne. Selon ces deux médias bien informés sur le sujet, au moins douze des plus gros clubs du continent (dont le Real et le Barça en Espagne, Manchester United, Liverpool, Chelsea, Arsenal et Tottenham en Angleterre, la Juve, l’Inter et l’AC Milan en Italie) seraient sur le point d’annoncer la création d’une Super Ligue Européenne, indépendante de l’UEFA et de sa sacro-sainte Ligue des champions.

Le timing de l’annonce à venir n’est pas anodin puisque l’UEFA a prévu de s’exprimer officiellement ce lundi sur la réforme à venir de la Ligue des champions à partir de 2024. Cette annonce, si elle a bien lieu, risque de créer le plus gros imbroglio – et le mot est faible – de l’histoire moderne du foot européen. Cette Super Ligue intégrerait automatiquement seize clubs permanents ainsi que quatre autres qualifiés via les championnats nationaux. Elle rapporterait à chacun d'entre eux la bagatelle de 350 millions d’euros.

Le PSG exclu du projet, le Bayern aussi

Pour l’heure, à en croire le New York Times, les séparatistes menés par Andrea Agnelli, le président de la Juventus et de l’association des clubs européens (ECA)  – l’entité à l’origine de ce projet secret et concurrent de la Champions League 2.0  – n’ont pas réussi à convaincre d’autres poids lourds du continent à les rejoindre, notamment le Bayern Munich et le Borussia Dortmund en Allemagne et le PSG en France. Comme annoncé le 18 avril dernier par le journal L’Equipe, Nasser Al-Khelaïfi, proche du président de l’UEFA Aleksander Ceferin, milite toujours de son côté pour le projet de réforme de la Ligue des champions, acté ces derniers jours et censé être officialisé ce lundi.

Mise en courant de la révolution qui se prépare dans son dos, l’instance européenne a tenté ce week-end de bloquer par tous les moyens ce projet potentiellement ravageur pour l’équilibre du football européen, allant jusqu’à envisager d’interdire les clubs séparatistes de participer à leur championnat respectif ainsi qu’à la Ligue des champions la saison prochaine. Pour l’heure, ni le président Agnelli (injoignable ces dernières heures selon le Sunday Times), ni l’ UEFA, ni aucun membre des clubs impliqués dans ce projet n’ont accepté de répondre aux sollicitations des médias. Selon l’un de nos confrères à RTL, une cellule de crise aurait été réunie en urgence ce dimanche au siège de l’UEFA pour préparer la riposte.