Mercato Bordeaux : L’opération dégraissage continue, Basic prêt à rester aux Girondins

FOOTBALL Le jeune milieu de terrain croate pourrait finalement poursuivre sa carrière sous le maillot bordelais

Clément Carpentier

— 

Toma Basic, le milieu de terrain des Girondins de Bordeaux.
Toma Basic, le milieu de terrain des Girondins de Bordeaux. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Les Girondins de Bordeaux continuent de dégraisser leur effectif. A défaut de transferts juteux, le club fait le maximum pour réduire sa masse salariale.
  • Le milieu de terrain Toma Basic, auteur d’un excellent début de saison et très sollicité lors de ce mercato, pourrait finalement rester en Gironde.
  • A quatre jours de la fin du mercato, le directeur sportif Alain Roche n’a aucune marge de manœuvre pour recruter.

Alain Roche avait prévenu 20 Minutes dès le 15 septembre après un entretien : « Je vous conseille de prendre de la Red Bull pour la dernière semaine du mercato ! » Ce jour-là, le nouveau directeur sportif des Girondins faisait allusion aux nombreux mouvements à venir dans l’effectif bordelais avant la fermeture du marché des transferts le 5 octobre à minuit. Il ne nous avait pas menti.

Depuis le début de cette dernière semaine, les mouvements se multiplient en Gironde. Mais toujours dans le même sens, celui des départs. Pas surprenant quand on connaît un peu la situation financière du club. Il faut faire un maximum d’économies alors que King Street, le fonds d’investissement américain propriétaire des Girondins, a renfloué les caisses de 30 millions d’euros pour passer la DNCG en juillet dernier. C’est la mission d’Alain Roche. C’était déjà celle de son prédécesseur Eduardo Macia. Les hommes changent au château du Haillan, pas la stratégie.

Jovanovic va-t-il trouver chaussure à son pied ?

Alors après Bernardoni, Benrahou, Kamano, Boupendza, Lottin ou encore Lauray, c’est au tour de Ruben Pardo, Abdel Jalil Medioub et d’Alexandre Mendy de prendre la porte. Les deux premiers sont prêtés avec option d’achat respectivement à Leganés (D2 espagnole) et au CD Tondera (première division portugaise). L’attaquant, lui, rejoint librement Caen (Ligue 2) pour trois saisons. Ce dégraissage en règle de l’effectif de Jean-Louis Gasset pourrait encore se poursuivre d’ici la date butoir.

La situation de Vukasin Jovanovic reste floue aujourd’hui. Le défenseur serbe n’a pas joué une minute cette saison et il a même été écarté par l’entraîneur bordelais lors de deux derniers matchs. « On ne comprend pas trop ce qu’il se passe. Gasset a dit qu’il donnait sa chance à tout le monde mais apparemment Vukasin [Jovanovic] n’en fait pas partie. On dirait qu’il est le bouc émissaire », regrette son entourage. Le joueur ne partira pas pour partir. Selon les informations de 20 Minutes, plusieurs clubs turcs, italiens et espagnols, dont Grenade, s’intéressent à lui mais il n’y a rien de concret pour l’instant. Le Dynamo Moscou, qui avait discuté avec le club en juin pour un transfert, a lâché l’affaire.

A moindre d’une offre importante de dernière minute, il ne devrait pas y avoir d’autres départs notamment des joueurs régulièrement titulaires comme Kalu et Sabaly. Leur priorité est aujourd’hui Bordeaux.

Toma Basic pourrait bien rester aux Girondins

Le cas le plus épineux est celui de Toma Basic. Le jeune Croate, qui réalise un excellent début de saison, est sur le départ depuis plusieurs semaines. Mais selon les informations de 20 Minutes, le milieu de terrain envisage très sérieusement de poursuivre sa carrière aux Girondins de Bordeaux. Ce serait une bonne surprise pour Jean-Louis Gasset. La situation est simple : le club a déjà refusé cinq offres pour Toma Basic dont celle de Naples (un prêt avec une option d’achat de 15 millions d’euros) comme le révèlent L’Equipe et Rai Sport ce jeudi. Des offres souvent sont très loin des attentes de Bordeaux qui souhaite uniquement un transfert sec.

Du coup le joueur, qui a un accord avec trois clubs étrangers depuis de longues semaines, est prêt aujourd’hui à poursuivre sa progression en Gironde : « Il est heureux à Bordeaux. Il a un très bon coach qui compte sur lui. Il y a de gros clubs intéressés [la Lazio et Milan AC] mais le plus important, ça reste sa progression. Il n’ira pas n’importe où. Il est aujourd’hui dans l’optique de rester ! », explique son entourage. Le joueur envisage même de rester au moins jusqu’en juin prochain. Les Girondins le pousseront-ils dehors en cas d’offre intéressante de dernière minute ? Là est toute la question.

Aucune marge de manœuvre pour Alain Roche

Si ce non-départ se confirme, il aura forcément des répercussions. Jean-Louis Gasset sera ravi de pouvoir aligner au moins un milieu contre Dijon dimanche (15 h) mais pas forcément Alain Roche, qui envisageait de faire bouger les lignes avec les liquidités de ce transfert. « Aujourd’hui, il ne peut pratiquement rien faire. Il n’a aucune marge de manœuvre. C’est une situation stressante et inconfortable pour lui », reconnaît l’un de ses proches. Sa priorité reste tout de même de trouver un milieu de terrain défensif pour épauler Otavio.

Pour Wylan Cyprien, il n’y a à ce jour aucune avancée. L’OGC Nice souhaite avant tout un transfert pour son milieu de terrain sous contrat jusqu’en 2022, et Bordeaux n’en a clairement pas du tout les moyens. « La seule chance des Girondins, c’est que Nice revoit sa position dans les dernières heures du mercato et ouvre la porte à un prêt avec ou sans option d’achat et peut-être même une prise en charge d’une partie du salaire », rappelle un proche du dossier. Mais d’ici là, le joueur qui s’impatiente aura peut-être trouvé un autre club.

Comme indiqué par L’Equipe, Alain Roche a bien sondé l’OL pour se faire prêter Jean Lucas. Problème, le Brésilien n’est pas ouvert à cette possibilité et veut s’imposer chez les Gones. De plus, Juninho lui a affirmé la semaine dernière qu’il comptait sur lui cette saison.