Dortmund-PSG : Patate sous la barre, vitesse et stats de dingo... Erling Haaland, le nouveau « chouchou » du Borussia

FOOTBALL Le nouvel attaquant du Borussia Dortmund n'en finit plus de planter avec les « Borussen »

Aymeric Le Gall

— 

Erling Haaland, la nouvelle coqueluche de Dortmund.
Erling Haaland, la nouvelle coqueluche de Dortmund. — Ina Fassbender / AFP
  • Double buteur face au PSG, le jeune Erling Haaland a martyrisé la défense parisienne mardi soir.
  • Arrivé cet hiver du Red Bull Salzbourg, l’attaquant norvégien réussit des débuts de folie avec le Borussia Dortmund.

De notre envoyé spécial à Dortmund,

Le symbole est trop beau et la comparaison trop évidente pour qu’on ne se jette pas dessus. Il y a deux ans, sur cette même pelouse du Signal Iduna Park, naissait aux yeux de l’Europe un footballeur hors du commun. Son nom, Kylian Mbappé.

Mardi soir face au PSG, c’est un autre adolescent que les suiveurs de la Ligue des champions ont découvert. Erling Haaland, 19 ans, a marché sur la défense parisienne pendant 90 minutes, inscrivant un doublé pour ses premiers pas à ce niveau-là de la compétition, dont un tout simplement magique d’une frappe de cheval sous la barre de Keylor Navas.

Des stats de cochon

Il fallait entendre les 63.000 fans du Borussia hurler son nom à s’en faire péter les cordes vocales après son scud du gauche pour se rendre compte que le môme est déjà en terrain conquis à Dortmund. Arrivé cet hiver escorté d’une sacrée réputation de salisseur de défense, l’ancien buteur du Red Bull Salzbourg n’a pas mis longtemps à se mettre au niveau de la Bundesliga. Trois minutes plus exactement. C’est le temps qu’il lui a fallu pour inscrire son premier but sous le maillot jaune et noir. C’était le 18 janvier dernier face à Augsburg. Et tant qu’à faire, Haaland en a claqué deux autres dans le même match, terminant sa première rencontre de Bundesliga avec un triplé dans la fouille.

Depuis, le minot a continué à enquiller les pions. En sept matchs avec le Borussia, Haaland (prononcer [Joland]) a frappé 19 fois au but, il a cadré 13 fois et marqué 11 buts. L’assassin… A première vue pourtant, on pourrait penser que le joueur pâtirait de ce corps de géant (1,94m). Il n’en est rien. Puissant, évidemment, mais technique aussi. Et rapide. Trèèèès rapide. Mardi, face au PSG, le numéro 17 a été chronométré à 6,64 secondes sur une course de 60 mètres. Pour se faire une idée, le record du monde sur cette distance est de 6,34. Voilà voilà.

Haaland, « le chouchou »

On a profité du passage de Torgan Hazard en zone mixte pour connaître son avis sur Haaland : « C’est déjà devenu le chouchou du public. Il enchaîne les buts, il déménage les défenses. Il y avait beaucoup de monde qui se demandait s’il était vraiment aussi fort que ce qu’on disait, je pense qu’il l’a montré à tout le monde ce soir. Il répond présent et il nous fait du bien. Maintenant, le plus dur commence pour lui ». A savoir, confirmer.

Vu la mentalité du joueur, on ne se fait pas trop de doutes là-dessus. Après avoir roulé sur Thiago Silva une bonne partie de la soirée et inscrit les deux buts de son équipe, Erling Haaland faisait la fine bouche : « Je dois encore beaucoup progresser. Bien sûr, deux buts c’est bien, mais j’aurais pu en marquer davantage. Mais on va s’en contenter. » Oui, voilà, faisons ça.