Droits TV : « RMC Sport est en grand danger »... Que faut-il retenir de l'attribution de la Ligue des champions à Canal et beIN ?

FOOTBALL L'attribution des droits télévisuels du foot en France pour la période 2021-2024 a totalement rebattu les cartes

Propos recueillis par Aymeric Le Gall

— 

RMC Sport a perdu les droits TV de la C1 pour la période 2021-2024.
RMC Sport a perdu les droits TV de la C1 pour la période 2021-2024. — SOLAL/SIPA

La nouvelle attribution des droits télévisés de la Ligue des champions en France a encore rebattu toutes les cartes. Diffuseur actuel de la plus prestigieuse des compétitions européennes de clubs, RMC Sport s’est fait doubler par Canal + et beIN Sports pour la période 2021-2024.

A cette occasion, nous avons interrogé Jean-Pascal Gayant, économiste du sport à l’Université du Mans. Pour celui qui nous mettait déjà en garde en 2017 concernant la pérennité du projet de Patrick Drahi et de RMC Sport, cette nouvelle pourrait avoir de lourdes conséquences pour la chaîne.

RMC Sport semble être le grand perdant dans ces nouvelles attributions des droits TV pour la période 2021-2024...

Oui, c’est une évidence. Manifestement, il semble être acquis au regard de tout ce qu’on a vu concernant leur chiffre d’affaires et le montant des droits qu’ils ont payés à l’époque, que RMC Sport perd de l’argent. Le pari était de se dire que les gens allaient massivement faire de SFR leur fournisseur d’accès parce qu’il offrait la Ligue des champions. Finalement on se rend compte que ce n’est pas suffisamment important dans l’esprit des gens pour changer d’opérateur mobile et Internet. C’est pour moi l’enseignement majeur dans cette affaire.

Est-ce aussi un échec personnel de Patrick Drahi et de la stratégie qu’il a mise en place au moment d’acheter les premiers droits de la Ligue des champions?

On peut partir sur une stratégie qui prévoit des pertes financières sur un laps de temps donné, mais à un moment il y a des actionnaires qui réclament des résultats. Sur le marché des droits de diffusion sportif, son pari est plutôt perdu, oui. Il n’a pas réussi à trouver une sorte de martingale qui permettrait de gagner de l’argent ou, au moins, de ne pas en perdre. Ça laisse peut-être entendre que dans l’esprit des consommateurs français, l’addiction au foot est moins importante que ce qu’on imaginait.

C’est échec est-il aussi lié à la qualité du produit proposé?

C’est vrai que la question de la légitimité de RMC Sport se pose en comparaison à Canal + par exemple. Les consommateurs ont sans doute eu une réticence à franchir le pas vers RMC Sport, ne sachant pas ce qui allait être proposé et comment ça allait être proposé. On parle là de la qualité du service, quels consultants, quels journalistes, quelles émissions, etc. Canal +, le diffuseur historique, possède un avantage sur ce point-là. Les gens savent ce qu’ils ont fait et avec qui ils l’ont fait, et ils ont plus tendance à lui faire confiance plutôt qu’à RMC Sport.

Les difficultés techniques du début ont-elles pu jouer?

Elles n’ont très clairement pas aidé. Ça fait partie de ces circonstances qui plombent un peu une dynamique, si tant est que dynamique il y ait eu.

La question de la pérennité des chaînes RMC Sport se pose-t-elle aussi clairement?

Certainement, oui. Une chaîne de télé qui diffuse du sport et, essentiellement du foot, peu importe qui elle est, peut disparaître comme ça du jour au lendemain. Il n’y a aucun doute sur le fait que l’existence-même de RMC Sport est en grand danger. Ça s’est déjà vu, ça ne serait donc pas la première fois et ça ne va pas émouvoir grand monde. D’autant que Canal + a racheté une partie des droits de la Premier League et qu’ils n’ont plus l’exclusivité. Je ne vois pas bien ce qu’ils vont faire à partir de 2021. Parce qu’en termes de droits télé dans le sport, il y a le foot et il y a tout le reste. Or le reste ne permet pas de gagner de l’argent.

D’autres secteurs d’activité d’Altice peuvent-ils être touchés par ricochet?

Oui mais à la marge. Ces pertes-là existent, on parle d’environ 200 millions d’euros par an, et il va bien falloir les combler. Est-ce que ça va conduire au licenciement de salariés de différentes activités du groupe Altice ? Pas nécessairement si les autres activités sont rentables, mais ça peut réduire le rythme des investissements ou du désendettement par exemple.

Et dans tout ça, on assiste aussi au grand retour de beIN Sports...

C’est un cas particulier que je comprends de moins en moins. Ils continuent de perdre de l’argent, les exercices s’accumulent et rien ne change. Je suis même surpris qu’ils soient toujours là, je me pose de plus en plus de questions sur la stratégie des Qataris. Il y a cette stratégie de soft-power, il y a l’investissement au PSG, mais à un moment donné j’ai du mal à comprendre la stratégie, la rationalité de tout ça m’échappe… C’est un acteur irrationnel qui vient pour perdre de l’argent à chaque enchère. Même si personne n’ignore les arrière-pensées politiques du Qatar dans cette histoire, ça fausse un peu le jeu.

On assiste aussi à un virage total dans la politique de Bolloré, patron du groupe Canal +, qui avait abandonné le foot dans un premier temps. Comment expliquer cela?

Ce qui a fait le succès de Canal + à une époque, c’était le foot et le cinéma. Or, avec le cinéma (et les séries, aujourd’hui), Canal se retrouve en concurrence avec une plateforme comme Netflix qui est en train de tout écraser. Dès lors, se recentrer sur le foot, c’est une manière de continuer à exister. Le foot devient encore plus vital aujourd’hui pour une chaîne comme Canal +. C’est aujourd’hui le seul produit exclusif qui permet d’attirer de nouveaux abonnés.

On a beaucoup parlé de RMC Sport, mais l’autre grand perdant c’est Mediapro, qui va devoir bâtir une chaîne 100 % foot uniquement avec les droits de la L1 et de la L2…

Personnellement, j’ai toujours des doutes concernant cet acteur [visiblement l’UEFA aussi] qui a quand même acheté, très, très cher la Ligue 1 et La Ligue 2. Bon, je n’exclus pas que ça puisse être rentable un jour mais on est face à un acteur qui doit monter une chaîne de toutes pièces, qui doit être prête dans peu de temps, et qui va peut-être se retrouver avec le même problème de légitimité que RMC Sport. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un camouflet terriblement déstabilisant, mais il n’est pas à exclure que Mediapro avait intégré l’offre Ligue des champions en complément de son offre L1/L2 dans sa stratégie globale et que ce coup va leur faire mal.