Ligue 2: «On aimerait recruter sept à huit joueurs», assure le nouvel entraîneur de Valenciennes Olivier Guégan

INTERVIEW Olivier Guégan, nouvel entraîneur du club nordiste, a mené son premier entraînement ce lundi

Francois Launay

— 

Olivier Guégan est le nouvel entraîneur du VAFC
Olivier Guégan est le nouvel entraîneur du VAFC — VALERY HACHE / AFP
  • Le VAFC est l’un des premiers clubs de Ligue 2 à reprendre l’entraînement.
  • Le club du Hainaut n’a pas de temps à perdre car il doit reconstruire une grande partie de son effectif.
  • Olivier Guégan, le nouvel entraîneur du club, raconte ses débuts dans le Nord. Et assure qu'il serait souhaitable de «recruter sept à huit joueurs».

Les vacances sont terminées à  Valenciennes. Le club nordiste a repris l’entraînement ce lundi soit six semaines avant le début du championnat de Ligue 2. Un délai qui ne sera pas de trop pour le VAFC qui doit remodeler une bonne partie de son effectif. Entre les fins de contrat et les fins de prêt, le club a déjà perdu une dizaine de joueurs.

Et il ne pourra faire de folies car sa masse salariale et ses transferts sont encadrés par la DNCG. La saison s’annonce difficile même si Olivier Guégan, qui vient de succéder à Réginald Ray au poste d’entraîneur, ne veut pas dramatiser.

Comment s’est passée la reprise ?

C’était une volonté de reprendre assez tôt. On a une préparation importante et étalée. On doit monter un groupe. Ce lundi matin, dix-huit joueurs étaient présents. Notre effectif est encore loin d’être au complet. On cherche des joueurs dans tous les secteurs. On aimerait recruter sept à huit joueurs.

Comment peut-on attirer des joueurs avec les contraintes salariales du club ?

L’idée c’est de trouver des joueurs libres ou qui sont en passe de se libérer. Il faut qu’ils adhèrent au projet car ce n’est pas anodin de venir jouer à Valenciennes. Il faudra être malin dans le recrutement car on ne peut pas rivaliser avec certains clubs au niveau salarial. Il faudra être patient car notre effectif est en train de se construire et il y a beaucoup de concurrence ;

Les premières recrues du club (Spano, Chergui) arrivent de Grenoble, votre précédent club. Est-ce important de choisir des joueurs qu’on connaît ?

Si je les ai pris, c’est d’abord parce que ce sont de bons joueurs. Ils sont compétents et ils étaient libres. Chergui a marqué une dizaine de buts en Ligue 2. Spano était le capitaine de l’équipe. Ils savent aussi ce que j’attends donc oui, on gagne du temps.

Valenciennes reste attractif selon vous ?

Oui. Parce qu’il y a une histoire, un vrai public, des infrastructures de haut niveau. Malgré notre passage à la DNCG, on peut quand même faire des choses intéressantes.

Pouvez-vous viser autre chose que le maintien en termes d’ambition ?

L’ambition est un bien grand mot. Il y a beaucoup d’ambitieux en Ligue 2 mais il n’y en a que deux qui montent en Ligue 1. On aura la volonté d’exister dans cette division en jouant les trouble-fêtes.

Pourquoi avez-vous accepté la proposition de Valenciennes ?

Les entretiens que j’ai eus avec la direction ont été positifs. La volonté de travailler avec certaines personnes du club aussi. On a également un nouveau staff avec un nouveau préparateur physique et un nouvel entraîneur des gardiens (Jérémie Janot). Il faudra être patient car notre effectif est en train de se construire et il y a beaucoup de concurrence avec les autres clubs.

Quel genre d’entraîneur êtes-vous ?

Je suis pragmatique. J’essaie de tirer le maximum de mon effectif. Mais j’aime avoir une équipe qui ne subit pas les événements et qui est capable d’aller de l’avant.