France-Islande: Tout en maîtrise et pleins de certitudes, les Bleus ont roulé sur une timide équipe d’Islande

FOOTBALL Les Bleus enchaînent une deuxième victoire probante de suite dans ces qualif' à l'Euro 2020

Aymeric Le Gall

— 

Les Bleus entament leur phase de qualif' sur un sans faute.
Les Bleus entament leur phase de qualif' sur un sans faute. — Martin BUREAU / AFP

De notre envoyé spécial au Stade de France,

Après un premier succès probant en Moldavie, les Bleus ont poursuivi sur leur lancée cette phase de poules en s’imposant avec la manière contre une timide équipe d’Islande, lundi soir au Stade de France.

Au taquet d’entrée

On les connaît ces matchs de qualif’contre des équipes plus faibles et qui choisissent souvent l’option « tous derrière et advienne que pourra ». Le plus dur dans ce genre d’affaire, face à un bloc très bas, c’est de marquer très vite pour s’éviter la plaie de la gamberge. Et comme face à la Moldavie vendredi dernier, les Bleus ont parfaitement rempli leur mission en ouvrant le score au bout de douze minutes de jeu grâce à une tête décroisée de Samuel Umtiti consécutive à un superbe centre de Mbappé.

C’est la même chanson

Entre Samuel Umtiti qui casse la démarche après son but et l’ami Benjamin à deux doigts de nous claquer la même « demi-volée Pavard » (40e) que face à l’Argentine au Mondial, Saint-Denis avait des airs de Russie lundi soir. Comme le XI de Deschamps d’ailleurs, identique à celui mis en place lors de la finale contre la Croatie (excepté Kurzawa titulaire à gauche). A force d’habitude, les Bleus nous ont donné l’impression de vraiment jouer en équipe et de se trouver les yeux fermés. Patients, inspirés et sans jamais en faire trop, les Français ont montré un visage séduisant au public dionysien. De bon augure pour la suite.

Les attaquants régalent

Face à des Islandais qui avaient laissé leurs ambitions de jeu à Reykjavik, les Bleus ont multiplié les occases sur le but adverse mais on a cru un temps que le deuxième pion ne viendrait jamais. C’était sans compter sur Olivier Giroud, désormais seul troisième meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France (avec 35 buts, devant Trezeguet et ses 34 pions), à la réception d’un bon centre de Pavard (2-0, 68e). Mbappé (78e) et Griezmann (84e) sont venus clore le festival offensif des Bleus et offrir la première place du groupe H devant la Turquie.