VIDEO. Victime d'insultes racistes, un joueur préfère quitter le terrain en Bolivie

FOOTBALL Ce n'est pas la première fois que le Brésilien doit subir de tels propos

G.B.
— 
Serginho en juillet 2018.
Serginho en juillet 2018. — Jorge Abrego/SIPA

Serginho n’en pouvait visiblement plus. Le joueur brésilien de 34 ans a quitté le terrain à cinq minutes de la fin, alors que son équipe, Jorge Wilstermann, était menée 2 à 0 sur le terrain de Blooming, en Bolivie. Selon Lucarne Opposée, « des cris de singe et des insultes racistes [descendaient] des tribunes des hinchas de la Academia ».

Serginho a donc décidé de ne pas frapper le corner, et de traverser le terrain pour rentrer aux vestiaires, après avoir prévenu l’arbitre de ce qui venait de se passer. Le site bolivien Los Tiempos a indiqué que le club de Jorge Wilstermann avait porté plainte devant les instances sportives pour discrimination et racisme, et comptait aller jusqu’au bout. Blooming a condamné le comportement de ses supporters dans un communiqué.

Selon Los Tiempos, ce n’est pas la première fois que Serginho est victime de telles insultes. Le site fournit ainsi deux exemples complétés par un troisième de Lucarne Opposée qui date d’un peu plus d’une semaine : « Le 10 mars dernier, lorsque Wilstermann s’est imposé à San José, Serginho avait également été insulté lors de sa sortie du terrain à un quart d’heure de la fin. »