Villefranche-PSG: «On manque de joueurs fiables»… Tuchel et ce petit Paris en Coupe intriguent avant Manchester

FOOTBALL En galère ce mercredi dans son 8e de finale de Coupe de France contre Villefranche (3e division), le PSG n'a fait la différence qu'en prolongation (0-3) 

Jérémy Laugier

— 

Kylian Mbappé a clairement fait la différence en prolongation en offrant sur un plateau deux buts à Moussa Diaby (photo) puis à Edinson Cavani. ROMAIN LAFABREGUE
Kylian Mbappé a clairement fait la différence en prolongation en offrant sur un plateau deux buts à Moussa Diaby (photo) puis à Edinson Cavani. ROMAIN LAFABREGUE — AFP
  • Le PSG n’a pas préparé de la meilleure des manières sa semaine européenne, en allant jusqu’en prolongation dans son 8e de finale de Coupe de France contre Villefranche (0-3).
  • Outre le match laborieux ce mercredi, marqué par l’expulsion de Thomas Tuchel, Marco Verratti n’a pas pu figurer dans le groupe comme prévu, en raison d’une « autre douleur » subie mardi à l’entraînement.
  • L’entraîneur parisien a pointé en conférence de presse « le manque de joueurs fiables avec une top qualité » dans son effectif.

On a dû se plonger quatre fois dans les statistiques pour s’en persuader. Oui, le PSG a bel et bien signé son premier tir cadré à la 83e minute, ce mercredi face à Villefranche (0-3 après prolongation). C’est dire si les Parisiens ont galéré dans les grandes largeurs, jusqu’aux entrées en jeu décisives de Kylian Mbappé et Edinson Cavani. L’Uruguayen a été l’auteur de ce puissant coup franc mettant (enfin) en danger Antoine Philippon, gardien de l’actuel 13e de National (3e division).

Ce constat symbolise une soirée lunaire au Parc OL, durant laquelle les Rhodaniens ont « vraiment cru » pousser les Parisiens aux tirs au but (dixit leur président Philippe Terrier). Comment un PSG si souvent sûr de sa force, depuis l’arrivée de Thomas Tuchel, a-t-il pu à ce point se compliquer cette soirée de Coupe de France a priori plus que tranquille ?

« On n’a pas joué assez vite »

« On savait qu’on avait face à nous une équipe de 3e division mais c’est toujours difficile quand les espaces sont bien fermés, constate sans surprise Julian Draxler, premier buteur ce mercredi. Ce n’est pas bien d’être allés en prolongation car on a des matchs importants, notamment la semaine prochaine. » L’international allemand nous tend la perche idéale : ses coéquipiers n’avaient-ils pas déjà la tête à Old Trafford pour ce périlleux 8e de finale aller de Ligue des champions dans six jours ? « Non, nous ne pensions pas à Manchester ni à une quelconque crainte de nous blesser », assure-t-il. Incapable de créer la moindre différence en pointe, Eric Choupo-Moting partage cet avis.

On voulait se focaliser sur ce match puis sur celui de Bordeaux en Ligue 1. Manchester United n’est qu’après. Le coach a fait certains changements. On a pris cette rencontre très au sérieux même si ce n’était pas facile pour nous. C’est difficile d’expliquer pourquoi on ne s’est pas créé plus d’occasions. On n’a pas joué assez vite face à une équipe bien regroupée derrière et qui a franchement fait un bon match. »

«On manque de joueurs fiables avec une top qualité»

Même Thomas Tuchel, expulsé par Anthony Gauthier (73e) n’a pas tenu à égratigner publiquement la terne performance de ses joueurs : « Je ne suis pas déçu. Nous avons eu une grosse occasion par Moussa Diaby dès la 13e minute. Si on marque, le match est peut-être déjà fini ». Il n’empêche que les remplaçants habituels n’ont pas donné satisfaction ce mercredi, entre Thomas Meunier, Moussa Diaby, Eric Choupo-Moting ou Christopher Nkunku.

De quoi inciter l’entraîneur du PSG à confirmer ses tensions avec le directeur sportif Antero Henrique devant les médias, après le mercato hivernal: «On a utilisé aujourd'hui Marquinhos, Thilo Kehrer, Juan Bernat, Angel Di Maria et Julian Draxler. C’est trop mais on manque de joueurs fiables avec une top qualité. Nous avons besoin de tout le monde, car il n'est pas possible de jouer avec 12 ou 13 joueurs».

Nouvelle alerte pour Marco Verratti

L'ancien coach du Borussia Dortmund a tout de même apprécié la première titularisation de la recrue argentine Leandro Paredes, qu’il a lui trouvé « très fiable » et « quelques fois très créatif ». Mais outre évidemment la blessure de Neymar, la mauvaise nouvelle du jour vient de Marco Verratti, attendu contre Villefranche mais qui « a ressenti une autre douleur sur le dernier entraînement mardi ».

On a donc déjà connu meilleur contexte général, après le revers logique (2-1) dimanche face à l’OL, en pleine dernière ligne droite avant LE révélateur européen. « Il y a eu beaucoup de changements et nous n’avions pas beaucoup d’automatismes ce soir, confie Marquinhos. On sait tous qu’on a des échéances importantes qui vont venir et il faut penser à bien les préparer. » Ça pourra difficilement être pire, samedi (17 heures) contre Bordeaux, lors du dernier test avant Man U.