«Il faut y aller, le président nous attend», Antoine Griezmann raconte pourquoi la descente des Champs a été «mal gérée»

FOOTBALL Le champion du monde a été très déçu et surpris...

B.V.

— 

Le bus des Bleus sur les Champs-Elysées
Le bus des Bleus sur les Champs-Elysées — Serge Arnal / SV PRESS/SIPA

Deux mois après, les langues se délient un peu. Et si l'on pouvait légétimement être déçus de la trop rapide des Champs-Elysées après le titre mondial, il semblerait que les joueurs aussi aient été surpris par la mauvaise gestion du moment. Quelques jours après Paul Pogba, c'est Antoine Griezmann qui revient à la charge dans les colonnes de l'Equipe:

« Quand on arrive sur les Champs-Elysées, on voit que c’est le délire et on se dit qu’il doit y avoir une scène qui nous attend au bout (à la place de la Concorde), avec présentation des joueurs et tout. Mais, une fois en bas, on tourne sur la gauche. Là, nous les joueurs, on s’est tous demandé : « Mais c’est fini ? » On nous a répondu : « Il faut y aller, le président nous attend. » On était tous déçus. On se disait : « Non mais c’est n’importe quoi, on veut y retourner. » Je pense que cela a été mal géré. Peut-être n’étaient-ils pas prêts à ce qu’on gagne la Coupe du monde et que ce soit le feu »

Les supporters français auront l'occasion de célébrer leurs héros dimanche soir, à l'occasion du match face aux Pays-Bas en Ligue des nations au Stade de France.