Barrages: Après la bataille d'Ajaccio, l'entraîneur du Havre est «dégoûté du football»

FOOTBALL Son équipe est éliminée au terme d'un match rocambolesque...

20 Minutes avec AFP

— 

La bagarre entre Ajaccio et le Havre
La bagarre entre Ajaccio et le Havre — AFP

C'était la bataille d'Ajaccio. Des pénos incompréhensibles, des cartons rouges en veux-tu en voilà, un but à la dernière secondes des prolongations, un envahissement de terrain, une qualification aux tirs au but... Oui, tout ça dans la même soirée, dans le même match, lors du prébarrage pour la montée en Ligue 1 entre Ajaccio et le Havre. Tout ça au profit des Corses, qui pourront affronter Toulouse en aller-retour pour une place dans l'élite la saison prochaine.

Dire que ça rend amère l'entraîneur du Havre, Oswald Tanchot, est un euphémisme. « Ce soir, je suis fier de mes joueurs et dégoûté du football, lance-t-il. Et triste car l'équipe qui devait passer a été éliminée. On n'a pas été arbitré correctement sur le but de Jean-Philippe Mateta. Il a l'habitude de célébrer ses buts comme Memphis Depay qui est son ami. Il lui a rendu hommage et termine avec un carton rouge. C'était sans doute mieux que ce match se termine par une victoire de l'AC Ajaccio. On s'est déplacé deux fois en 48 heures. Il n'y pas eu d'équité dans ce match. »

De son côté, Olivier Pantaloni, le coach corse, explique qu'il s'agit du « plus beau moment de sa carrière ». « Avec un scénario assez particulier, des décisions qu'on a eu du mal à comprendre. On a retrouvé, à l'image de certains matches de cette saison, l'énergie nécessaire pour renverser la vapeur et aller chercher cette victoire. On n'a jamais renoncé ».