OM-Montpellier: Ce non-match de Dimitri Payet est tout de même très inquiétant pour Marseille

FOOTBALL Le meneur de jeu/capitaine/recrue la plus chère de l’histoire de l’OM est retombé dans tous ses travers…

Jean Saint-Marc
— 
Dimitri Payet à la lutte.
Dimitri Payet à la lutte. — F. Pennant / AFP
  • Avec un match nul (0-0) face à Montpellier, l’OM descend à la quatrième place de Ligue 1.
  • Il reste six matchs de championnat, et l’OM reçoit Leipzig en quart de finale retour de Ligue Europa, jeudi.
  • Dimitri Payet semble en méforme pour aborder ce sprint final.

On a retrouvé  le fantôme. On a re-perdu   le footballeur. Quelle drôle de saison du Réunionnais, plus intermittent que jamais. Il n’a jamais eu la régularité d’une montre suisse, mais là, c’est particulièrement flippant. Il sortait de trois bons matchs contre Bilbao, Lyon et surtout Dijon, puis a complètement flanché à  ​ et surtout ce dimanche, contre  .


Ce dimanche, face au bloc bas, bien regroupé et bien agressif de Montpellier, ça partait plutôt pas mal : un bon décalage, à la 3e minute, pour Bouna Sarr ou un bon centre à la 12e. Mais Payet a ensuite disparu, alternant passes ratées (une étrange passe directement en six mètres, par exemple) et passes en retrait sans intérêt. Il a perdu  sur l’ensemble de la rencontre.

Un raté à Leipzig, zéro occasion contre Montpellier

Le capitaine olympien est, avec Lucas Ocampos, le joueur ayant connu le plus de déchet sur cette rencontre (les deux équipes confondues). A , il a aussi loupé une énorme occasion de but. Ce dimanche, il ne s’en est tout bonnement pas procuré.

Évidemment, il est particulièrement flippant de voir le leader technique (sur le papier, en tout cas) de l’OM bafouiller à ce point son football. Surtout quand l’OM joue jeudi un quart de finale européen et a ensuite six matchs pour arracher un podium en Ligue 1. Revue d’inquiétudes, au pluriel :

  • Physiquement, Payet n’a pas l’air au top. On dirait que la trêve internationale lui a plus fait perdre le rythme qu’autre chose. Ou alors, il cache une petite blessure, et n’ose pas se faire porter pâle vu que l’OM est déjà très affaibli en ce moment (Thauvin, Rolando, Rami et Mandanda sont blessés). A Leipzig, il se tenait le genou en sortant du terrain. Ce dimanche encore, il a passé plusieurs minutes sur la pelouse, pour un souci apparemment à la cheville.

  • Rudi Garcia ne sait plus quoi faire de lui. Payet est sorti dès la 64e minute, remplacé par Zambo Anguissa. Juste après, d’ailleurs, une perte de balle à l’entrée de la surface. On a entendu quelques sifflets dans le stade à la sortie du Réunionnais. Bien sûr, Rudi Garcia ne veut pas accabler son capitaine : « Dimitri et Valère [sorti à l’heure de jeu également] sont des joueurs importants. Mais c’est vrai que ceux qui sont entrés ont plutôt apporté. » Ce dimanche, Dimitri Payet était à son poste de prédilection : dans l’axe, derrière l’attaquant. L’excuse du système de jeu à cinq défenseurs, que le meneur de jeu avait avancé à Leipzig (« il manquait un joueur devant ») ne tient plus…
     
  • Quand Payet tousse, l’attaque s’enrhume. Petit trou d’air pour l’attaque olympienne, qui vient d’enchaîner deux matchs sans inscrire aucun but. Rarissime, cette saison : l’attaque de l’OM n’a été muette que sept fois en 52 matchs disputés. Sans Thauvin, blessé, les attaquants ne sont pas décisifs. Ils ont évidemment besoin de Dimitri Payet, qu’il s’agisse de Valère Germain et de son jeu en remise ou du plus attentiste (et plus physique) Kostas Mitroglou. Le Grec a failli marquer, ce dimanche soir, sur une reprise à bout portant boxée par Lecomte. Et failli provoquer un penalty, bien sûr, lors de la faute d’Hilton dans la surface.

Contre Leipzig, jeudi, « faillir » ne suffira pas : l’OM a besoin de marquer, sans doute beaucoup : une victoire 2-1 éliminerait Marseille. La bonne nouvelle, c’est que Rudi Garcia devrait pouvoir compter sur le plus décisif de ses offensifs : Florian Thauvin a repris l’entraînement.