VIDEO. France-Colombie: Les Bleus ont déconné grave (après une super entame)

FOOTBALL L’équipe de France s’est inclinée en amical contre la Colombie après avoir mené 2-0…

Julien Laloye

— 

Kylian Mbappé n'a pas réussi à prendre le dessus sur la défense colombienne.
Kylian Mbappé n'a pas réussi à prendre le dessus sur la défense colombienne. — CHRISTOPHE SIMON / AFP

Quand les Colombiens ont fêté le pénoche vainqueur de Quintero comme s’ils avaient gagné le Mondial et la Copa America en même temps, on a trouvé que c’était un peu too much. Mais les Cafeteros jouaient devant toute la communauté colombienne de la capitale, et ce n’est pas tous les soirs qu’on remonte deux buts à ce qui ressemble à un favori pour la Coupe du monde. Les Bleus le sont toujours, mais va falloir se remettre à bosser derrière. Et sérieusement.

>> A lire aussi: France-Colombie: Les Colombiens nous jouent la remontada à la sauce latina... Revivez le live du match

Le moment Giroud

Immarcescible Olivier Giroud. Qu’il mange les miettes à même le sol à Arsenal ou à Chelsea, la plus belle barbe des Bleus est le gars sûr de Deschamps qui marque son but à chaque fois. Les concours d’élégance, il s’en fout. L’ancien montpelliérain était placé juste là où il fallait pour embrocher ce pauvre Ospina qui avait relâché un centre anodin de Digne après une ouverture soyeuse de Thomas Lemarinho (11e). Déjà le 30e but de Giroud avec l’équipe de France, ce qui le place tranquillement à hauteur de Justo Fontaine et Jean-Pierre pralinoche Papin. Plus que quatre déviations de raton et ce sera le tour de Trezeguet de mettre le clignotant. Le type va finir par dépasser Thierry Henry qu’on n’aura pas compris ce qui nous arrive.

Le moment gracieux

Sur le coup, en racontant l’action aux copains en soirée, on s’est un peu enflammés. Peut-être pas le plus beau but de l’ère Deschamps mais pas loin. C’est parti d’une récupération un peu foutraque de Griezmann, qui a plaqué presque comme un rugbyman. La suite est une merveille. Déviation dans le tempo de Mbappé pour Sidibé, passe parfaite en profondeur du latéral monégasque dans la course de Grizou déjà debout, talonnade du Madrilène pour Kylian à l’entrée de la surface qui a l’occasion de tout bousiller en envoyant une mine au-dessus de son mauvais pied. Mais ça doit être la différence entre les grands joueurs et les très grands, le Parisien a feinté avant de servir Lemar, seul à gauche. Dans ces situations, là, le petit gaucher sait qu’il va marquer et nous avec. 2-0 pour les Bleus, on pensait que c’était plié.

 

Le(s) moment(s) gênant(s)

Grosso modo la dernière heure de jeu dans son ensemble, que les Bleus ont sagouinée en pensant que l’affaire était réglée face à des Colombiens qui avaient décidé de jouer en marchant comme aux plus belles heures de Valderrama. Puis les mecs se sont mis à courir sans avertir et ça nous a fait drôle. Varane a fait le reste du chemin en oubliant de suivre son joueur au marquage sur le centre piégeux de Muriel (29e). 2-1 et presque 2-2 sur une nouvelle bourde du défenseur du Real rattrapée sur le fil par un beau plongeon de Lloris. Ça puait la fébrilité dans toutes les prises de décisions tricolores et l’erreur fatale est venue du meilleur Français sur le terrain, Kanté, coupable d’une perte de balle criminelle à 25 mètres de ses buts. 2-2. Légèrement contrariant, mais pas autant que ce tacle de la planète mars d’Umtiti sur un dernier contre colombien. Penalty et remontada sur du Shakira (2-3).

Le moment glaçant

Quand on s’est rendu compte qu’on avait une défense en carton. En tout cas une charnière qu’on pensait installée en dix ans et qui va se demander en se réveillant si elle démarrera bien la Coupe du monde dans deux mois. Cela dit, quand on prend cinq buts en deux matchs contre deux nations majeures du jeu la saison du Mondial, c’est que cela dépasse les cas individuels. Deschamps doit faire un maximum de place pour ses 126 000 attaquants de niveau international, et c’est tout l’équilibre de l’équipe qui en pâtit parfois, même si Kanté se bat pour deux. Voilà un constat qui ne nous arrange pas des masses avant la Russie.