Grèce: Le président au gun recherché par la police, le championnat suspendu jusqu'à nouvel ordre

FOOTBALL Une réunion gouvernementale d'urgence s'est tenue...

B.V. avec AFP

— 

Scène absolument surréaliste sur la pelouse du PAOK
Scène absolument surréaliste sur la pelouse du PAOK — Twitter (montage WP)

Le gouvernement grec a décidé lundi de «suspendre» le Championnat de football de Grèce, après l'irruption armée la veille sur le terrain du président du PAOK Salonique, Ivan Savvidis, lors d'un match avec AEK d'Athènes, qui a été interrompu.

«Nous avons décidé de suspendre le Championnat», a annoncé le secrétaire d'Etat aux Sports, Giorgos Vasiliadis, à l'issue d'une réunion gouvernementale d'urgence. Les rencontres «ne reprendront pas tant qu'un nouveau cadre ne sera pas mis en place, convenu par tous», a-t-il ajouté, précisant qu'Athènes était «en contact» avec l'UEFA.

Flagrant délit

La police grecque a annoncé lundi «rechercher» le président du PAOK de Thessalonique, Ivan Savvidis, après son irruption armée sur la pelouse qui a interrompu dimanche la rencontre de Championnat de Grèce entre PAOK et l'AEK d'Athènes.

«Dans le cadre de la procédure de flagrant délit, M. Savvidis sera arrêté s'il est localisé d'ici ce soir, à minuit», a indiqué à l'AFP une source policière. S'il reste introuvable d'ici là, le président du club, un influent homme d'affaires gréco-russe de 58 ans, pourra ensuite être poursuivi en procédure normale.

M. Savvidis est recherché «pour violation de la loi sportive», et non pour port d'arme, car «il dispose d'une licence», a ajouté la même source.

La rencontre s'est conclue dans le chaos dimanche, les joueurs de l'AEK refusant de continuer à jouer après l'irruption sur le terrain, à la 90e minute, des dirigeants du PAOK, dont le président qui portait une arme à la ceinture.

Le défenseur capverdien du Paok, Fernando Varela, venait de marquer un but qui aurait donné à son équipe la victoire et la première place au classement du championnat, mais l'arbitre Giorgos Kominos l'avait refusé pour un hors-jeu.

« ll n'a menacé personne avec une arme »

L'entourage de M. Savvidis a défendu son comportement lundi: «il n'a menacé personne avec une arme», a déclaré son bureau de presse au journal Russia's sport express, relevant que le dirigeant de PAOK avait un port d'arme.

Selon AEK, M. Savvidis a menacé Giorgos Kominos, auquel le directeur technique du club de Thessalonique, Lubos Michel, aurait aussi lancé «tu es fini».

L'arbitre, M. Kominos, a ensuite modifié sa décision, accordant le but au Paok, ce qui donnerait au club de Salonique la première place de Super League avec une victoire 1-0.

Mais M. Kominos n'a pas pu convaincre l'AEK de revenir sur le terrain pour que le match soit réglementairement terminé. Les joueurs visiteurs étaient rentrés au vestiaire, s'inquiétant pour leur sécurité et accusant M. Savvidis d'avoir attaqué un dirigeant de l'AEK, Vasilis Dimitriadis.

Après ce nouvel accès de violence dans le football grec, le gouvernement examinait lundi l'éventualité d'une suspension de Superligue, selon les médias grecs. «Il n'y a pas à discuter, mais à prendre des mesures radicales», a affirmé le ministre de l'Intérieur, Panos Skourletis, à l'Agence de presse grecque Ana.

«Les scènes que nous avons vues portent atteinte au football grec, il est inacceptable que quiconque entre sur le terrain avec un revolver», a-t-il ajouté.