OM-Bilbao: «Les arbitres de surface ne servent à rien», les Marseillais fous de rage contre l'arbitrage

FOOTBALL Rudi Garcia, notamment, ne décolérait pas après la rencontre...

N.C.

— 

Rudi Garcia, le coach de l'OM, lors de Marseille-Guingamp le 27 novembre 2017.
Rudi Garcia, le coach de l'OM, lors de Marseille-Guingamp le 27 novembre 2017. — Claude Paris/AP/SIPA

Contents, un peu, et énervés, beaucoup. Les Marseillais ont certes marqué trois buts et délivré une grosse performance collective, jeudi soir, en 8e de finale aller de Ligue Europa contre Bilbao (3-1), mais ils ont surtout retenu l’erreur d’arbitrage qui les a privés du match parfait. On les comprend, ce petit but à l’extérieur pourrait avoir de grosses conséquences au retour, la semaine prochaine.

>> A lire aussi: VIDEO. Florian Thauvin blessé! Florian Thauvin martyrisé! Mais l'OM pas trop inquiet

L’erreur en question, c’est un penalty sifflé en faveur des Espagnols juste avant la mi-temps, sur un tir contré par Adil Rami. Le défenseur de l’OM avait le bras collé au corps et a pris la frappe sur le coude à bout portant… il ne pouvait pas y faire grand-chose. Dans un premier temps, l’arbitre n’a pas bronché. Avant de se raviser et de siffler sur avis de son collègue de surface (à partir de 2’10 sur la vidéo).

De quoi rendre Rudi Garcia fou de rage. « On voulait reproduire le même match que contre Braga, on l’a fait, la grande différence c’est que ce n’était pas les mêmes arbitres. Le problème c’est de mettre des arbitres de surface juste pour faire des erreurs. J’ai toujours dit qu’ils ne servaient à rien, a allumé le coach de l’OM. L’année prochaine, j’espère qu’il n’y en aura plus besoin. Vivement la vidéo. »

Les quelques joueurs passés en zone mixte ont aussi rouspété. « Même en Europa League on prend une erreur d’arbitrage qui peut nous coûter cher », a pesté Dimitri Payet. « Ce penalty n’a absolument pas lieu d’être », a jugé Maxime Lopez. Si les Olympiens font un aussi bon boulot jeudi prochain qu’à l’aller, cet épisode ne sera rapidement plus qu’un mauvais souvenir.