Une D2 lituanienne pense recruter un crack sauf que sa page Wikipédia était un peu (beaucoup) bidonnée

FOOTBALL Dans la vie, faut avoir du culot et de l'audace... Barkley Miguel Panzo, lui, en a à revendre...

A.L.G.

— 

La page Wikipédia de Barkley Miguel Panzo.
La page Wikipédia de Barkley Miguel Panzo. — Capture d'écran

Il y a les joueurs «YouTube», qui compilent eux-mêmes leurs plus beaux faits d’armes footballistiques en vidéo (souvent les seuls de leur carrière), et puis il y a Barkley Miguel-Panzo, que l’on surnommera le joueur «Wikipédia». Recruté par le FK Panevezys (D2 lituanienne) et présenté comme un ancien buteur prolifique des Queens Park Rangers et un ex-international angolais, ce joueur n’aurait en fait jamais joué à un tel niveau outre-Manche (en cinquième division au mieux, selon le sérieux site Football Database).

A sa décharge, en lisant de manière plus approfondie sa page Wiki, il est écrit qu'il n'a fait que s'entraîner avec les pros de QPR et qu'il a été « sélectionné pour un entraînement avec la sélection angolaise, à Lubango en 2015. » 

Pour annoncer l’arrivée du «crack» dans leur club, les dirigeants lituaniens se sont basés sur la page Wikipedia du joueur, page légèrement (beaucoup) bidonnée. Par le joueur lui-même ? Ça, on ne le sait pas. Pas encore. Passé par des clubs de niveau amateur en hexagone (Sarlat en DH, Moulins en CFA, puis Saint-Brevin-les-Pins, les Sables-d’Olonne et Orléans), l’ami Miguel-Panzo n’aurait jamais eu le niveau pour évoluer en CFA (4e division française).

On ne sait jamais, sur un malentendu…

C’est en tout cas ce que raconte Pedro Kamata, ancien joueur de l’AJ Auxerre, qui a côtoyé l’animal du côté de Moulins, dans L'Equipe : « Avec tout le respect que je lui dois, c’était compliqué pour lui. Même si on était grippés, fallait qu’on joue quand même (plutôt que lui)… ». Pierre Bouby, qui a côtoyé l’attaquant à Orléans, en a profité pour saluer l’audace du joueur, qui n’évoluait alors pas avec le groupe pro mais faisait gagner son maillot de Ligue 2 sur les réseaux sociaux.

« Si c’est vrai (la page wiki retravaillée), faut faire un film !, se marre-t-il. Quand tu regardes sur les réseaux sociaux, c’est hyper crédible. » Depuis que la supercherie a été révélée, le club de Panevezys a tenu à présenter ses excuses après avoir dévoilé des fausses informations au sujet de Miguel-Panzo. Ils ont en revanche décidé de ne pas rompre son contrat. Pour jouer en deuxième div' lituanienne, ça devrait pouvoir le faire.