Des supporters iraniens en septembre  2016.
Des supporters iraniens en septembre 2016. — ATTA KENARE / AFP

FOOTBALL

Coupe du monde 2018: Chut! Pour cause de fête religieuse, les supporters iraniens interdits d'applaudissements

Les commémorations de la mort du petit-fils de Mahomet ont lieu mercredi...

Des imams ont appelé les supporters iraniens à se priver d'applaudissements et de cris de joie pour le match international contre la Corée du Sud qui se tient mardi soir, à la veille de l'Achoura, grande fête chiite.

Deux immenses draps noirs de 600 m2 ont été déployés dans le stade Azadi de Téhéran pour commémorer la mort du petit-fils du prophète Mahomet assassiné en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid durant la bataille de Kerbala.

Des prières et des processions ont également eu lieu à l'ouverture des portes du stade de 75.000 places à quelques heures du début du match.

«Le stade entier doit être couvert de noir et des cris (à la gloire de) l'imam Hussein doivent être entendus constamment», a déclaré lors de la dernière grande prière du vendredi à Téhéran l'un des chefs religieux d'Iran, l'ayatollah Ali Movahedi Kermani.

>> A lire aussi : VIDEO. Jeux paralympiques: Un Iranien signe le but du siècle en cécifoot (et un slalom de malade)

«Les spectateurs et les joueurs des deux pays ont été informés (de la nécessité) de respecter les codes religieux», a précisé à l'agence de presse Tasnim le général Alireza Adeli, l'un des chefs de la police iranienne.

Les joueurs des deux équipes porteront un brassard noir, ainsi que les journalistes sud-coréens, selon l'agence de presse Fars.

Sur le plan sportif, ce match est important entre deux équipes qui ambitionnent de se qualifier pour la Coupe du monde 2018, les Coréens espérant en outre mettre fin à 42 ans de défaites face à l'Iran à Téhéran.

Pour les musulmans chiites, largement majoritaires en Iran, l'Achoura revêt une importance particulière et symbolise la lutte contre l'oppression. Des prières et processions ont lieu dans tout le pays, au cours desquels les fidèles s'auto-flagellent pour se rappeler le martyre de l'imam Hussein.