France-Bulgarie: Et si Gameiro s’imposait pour de vrai chez les Bleus ?

FOOTBALL L’attaquant de l’Atlético a réussi un doublé vendredi au Stade de France…

Julien Laloye

— 

Kevin Gameiro a marqué des points contre la Bulgarie, le 7 octobre 2016.
Kevin Gameiro a marqué des points contre la Bulgarie, le 7 octobre 2016. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Au stade de France,

Solide le Kevin. Des onze du soir, c’était le seul qui pouvait sauter pour toujours si ça se goupillait mal. On résume : Gameiro n’avait pas été titulaire en bleu depuis cinq ans, autant dire jamais. Contre les Bulgares, il jouait par défaut, parce que ceux qui sont devant lui ont raté le train (Benzema, Giroud, Lacazette). Une heure pour prouver grosso modo avant d’aller tâter le banc si ça ne collait pas, c’était ce qu’on lui donnait au jugé. Et lui ? Difficile de savoir, même si on a tenté de l’accrocher là-dessus, le sentiment de tout jouer sur un match, la peur de l’échec, ext. « J’ai 29 ans, plus de maturité et plus d’expérience. Quand on fait appel à toi, il faut être performant. Il faut savoir savourer ce genre de soirée et prendre le temps de jeu qu’on me donne ».

>> A lire aussi: France- Bulgarie: Cette fois, les Bleus ont roulé sur les Bulgares de Kostadinov

Vendredi, il l’a pris par le bon bout. Tout s’est joué sur le timing. Le centre de Sagna était dans la bonne zone, mais la tête plongeante n’était pas simple à décroiser à un moment où la Bulgarie menait et la France ramait (22e). « Le premier but, j’ai été le chercher, la tête n’était pas facile, surtout avec ma petite taille. Marquer pour un buteur, on sait que ça libère pour tout ». En effet, Gameiro avait réussi son match au bout de 20 minutes, alors même que sa relation avec Griezmann frisait le néant pour deux types qui s’entraînent quatre heures par jour à trois mètres l’un de l’autre.

Petite confidence de Lloris à ce propos. Ne pas croire que Gameiro a été titularisé par Deschamps au seul bénéfice de sa complémentarité avec Griezmann. « C’était important pour Kevin, c’était son grand retour en sélection. Mais il est très bien depuis le début du stage, il se sent à l’aise, on n’est pas surpris ». En clair, il est (aussi) allé chercher sa place à l’entraînement, plus qu’un Fekir ou qu’un Martial. Reste quand même que dans ce 4-4-2 à la lorientaise, si on peut dire (là où Gameiro a explosé en L1 au passage), l’attaquant de l’Atletico a l’immense avantage de compter sur l’aval moral de Griezmann, l’homme qui a pris le pouvoir en bleu. La preuve.

Ce que dit Griezmann de Gameiro

« C’est vrai qu’on s’entend bien, sur le terrain comme en dehors, J’adore jouer avec lui, je suis content de lui donner une passe décisive pare que ça fait longtemps que j’y travaille, parce que lui sur mes six buts il m’a donné trois passes. Mais il ne faut pas qu’il s’habitue trop (sourire) ».

Ce que dit Gameiro de Griezmann

« Avec Antoine, on commence à avoir des habitudes. Ça fait deux mois qu’on se cherche en club, là, on s’est bien trouvés. Notre entente est naturelle, on est deux petits gabarits, on aime jouer au ballon, moi, je prends plus la profondeur, lui navigue dans les petits espaces ».

Ce qu’on aimé de notre côté

  • Leur pressing acharné. On ne remerciera jamais assez Diego Simeone pour la rage défensive qu’il inculque à ses attaquants à Madrid. Avec les GG ensemble, les Bleus peuvent presser l’adversaire très haut
  • Leur sens du but. Gameiro et Griezmann sont les deux meilleurs buteurs français en 2016 , et cela s’est vu vendredi. Trois buts en trois occasions, ça faisait longtemps que l’attaque française n’avait pas été aussi efficace

Ce qu’on a moins aimé

  • Leur peu d’échanges ensemble. Paradoxalement, les deux hommes ont eu un mal fou à se trouver. En fait, en dehors de la passe décisive de Griezmann pour son pote sur le troisième but français, on n’a pas le souvenir de liant spécial entre eux.
  • Leur profil un peu équivalent. Là où Giroud apporte de la variété sur le jeu long, Gameiro fait un peu les mêmes appels/mouvements/déviations que son collègue. Avec un peu moins de talent pour tout.

 

Pour finir, puisque c’est la question du soir après ce premier essai prometteur, cette association est-elle tenable dans la durée et/ou contre une opposition plus corsée ? Joker. Les deux ont en tout cas gagné le droit de revenir lundi contre les Pays-Bas. Et comme c’est l’adversaire le plus relevé des Bleus sur les deux ans qui viennent, ça vaudra sûrement signature pour un bail. A voir.