Unai Emery et ses joueurs à l'entraînement, le 22 septembre 2016.
Unai Emery et ses joueurs à l'entraînement, le 22 septembre 2016. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

FOOTBALL

PSG: Ça a discuté sévère entre les cadres et Unai Emery après la défaite à Toulouse

Il y a une semaine, les joueurs parisiens ont avoué à leur coach qu'ils n'étaient pas toujours à l'aise avec le style de jeu demandé...

L’histoire date de lundi dernier et elle est racontée par L’Equipe du jour (lien vers l’édition abonnés). Après un week-end de repos accordé dans la foulée de  la défaite concédée à Toulouse (0-2), les Parisiens se retrouvent à l’entraînement au Camp des Loges. Unai Emery convoque les joueurs pour une réunion afin d’évoquer la situation sportive du club, pas tout à fait à la hauteur des attentes. Les cadres du vestiaire parisien en profitent pour faire remonter à leur entraîneur l’état d’esprit des joueurs, qui s’interrogent sur le jeu mis en place sur le terrain.

A lire aussi: Chants, danse grecque et sol tremblant… Pas mal, ce retour des ultras au Parc des Princes

Le quotidien sportif explique que c’est Thiago Silva qui prend la parole. Il explique à Emery que son style reposant sur le pressing et les transitions rapides vers l’attaque ne sont pas leur point fort. Leur truc à eux, ce qu’ils maîtrisent, c’est le jeu de possession. C’est comme ça qu’ils ont fonctionné avec Ancelotti puis Blanc.

« La discussion est intense », retrace L’Equipe. Emery interrompt son capitaine, le questionne, les autres interviennent. « "Nous avons besoin d’avoir le ballon, nous ne sommes pas une équipe de contre" est la phrase la plus souvent entendue », raconte le journal. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si lors des deux matchs suivants, face à Ludogorets puis Bordeaux, le PSG a évolué avec sa triplette « historique » Motta-Verratti-Matuidi.

« On a trouvé le chemin qu’on doit suivre, et maintenant, on doit travailler ensemble, unis, et continuer dans ce chemin », disait d’ailleurs le premier après la victoire contre les Bordelais, samedi. Ce n’est pas pour autant qu’Emery abandonnera ses concepts, mais peut-être fera-t-il attention à varier les plaisirs dans ce qu’il demande à ses joueurs en fonction des matchs et des adversaires en face.