Pris en train de brandir un fumigène au Stade de France, Michael Youn s 'excuse devant le tribunal

FOOTBALL Mais il prend quand même quatre moins d'interdiction de stade...

20 Minutes avec AFP

— 

Michael Youn et sa compagne au parc des princes le 14 mai 2016.
Michael Youn et sa compagne au parc des princes le 14 mai 2016. — JEFFROY GUY/SIPA

En costume trois-pièces et cravate, le comédien Michaël Youn s'est présenté en repenti vendredi devant le tribunal correctionnel de Bobigny, qui l'a condamné à une interdiction de stade et 2.000 euros d'amende pour un fumigène brandi au Stade de France, au milieu de supporters du PSG en liesse.

«Je suis pas quelqu'un de méchant, je suis enthousiaste. J'ai le plaisir généreux», glisse Michaël Youn, en attendant son tour dans la salle du tribunal, qui voit passer des affaires de vol aggravé, de délit de fuite ou de violences sur mineur.

«Pris dans l'euphorie»

L'ancien animateur du «Morning Live» a brandi un fumigène au Stade de France le 21 mai, lors de la finale de la Coupe de France entre le PSG et l'OM.

Porté par la ferveur d'un match dont le club parisien sortira victorieux, il descend de sa loge pour se retrouver dans les tribunes. Un supporter lui tend un fumigène allumé, qu'il saisit, avant d'être repéré par les services de sécurité.

«Je le prends stupidement dix secondes», regrette-t-il devant le tribunal. Être «pris dans l'euphorie» n'est «pas une excuse», dit-il.

>> A lire aussi : Ligue 1: Mais bon sang, pourquoi les stades de Ligue 1 se vident-ils autant?

Venu sans avocat, l'humoriste exprime un autre regret: celui de ne pas avoir accepté, sur les conseils d'un avocat, la peine qui lui avait été proposée peu après les faits dans une procédure de reconnaissance de culpabilité: quatre mois d'interdiction de stade et 800 euros d'amende.

«Ecouté, suivi, copié»

«J'ai l'impression d'avoir fait perdre du temps à la justice, j'en suis désolé», avance-t-il.  La procureure estime que Michaël Youn n'est «pas M. X», qu'il est «écouté, suivi, copié», et a de ce fait une «responsabilité particulière au sein de la société». Elle requiert quatre mois d'interdiction de stade et 2.000 euros d'amende.

Le tribunal suit ses réquisitions, précisant que la peine d'interdiction de stade recoupe la sanction qui lui a déjà été infligée par le tribunal administratif et le club. L'humoriste pourra ainsi retourner voir un match «d'ici la fin de l'année», «de manière sage».

«J'attendrai les beaux matchs de la Champions League pour retourner au Parc des Princes», sourit-il à la sortie du tribunal, avant de se faire prendre en photo par des admirateurs.