Euro 2016: Bienvenue au paradis all inclusive des supporters suédois

FOOTBALL Visiblement, les compatriotes d'Ibrahimovic ont décidé de se mettre bien dans le Var...

C.L.

— 

Au camp des supporters suédois dans le Var, le 17 juin 2016
Au camp des supporters suédois dans le Var, le 17 juin 2016 — CL

A Saint-Raphaël,

Leur héros dort à 1.000 km de là, à Pornichet, en Loire-Atlantique, camp de base choisi par l’équipe nationale. Mais peu importe. Vu le point de chute que 3.500 supporters suédois se sont choisi, on comprend vite. Pour accéder à leur paradis aux portes de Saint-Raphaël, dans le Var, il faut serpenter entre de cossues maisons bordées par des palmiers et laisser traverser les golfeurs. A l’arrivée, le village Pierre et Vacances du Cap Esterel, un giga club posé entre les collines, et à 5 minutes de la Méditerranée, quasiment entièrement dédié aux Suédois pendant deux semaines.

Les rois du monde font tout ce qu'ils veulent
Les rois du monde font tout ce qu'ils veulent - CL

Avant toute présentation, sachez qu’au pays des Vikings, on s’ambiance avec ça en ce moment (le seul peuple qui écoute vraiment son hymne officiel de l’Euro sans doute - entendue 10 fois en 4h) :

Restos privatisés

C’est un vrai petit bout de Suède qui a été reconstitué ici. Le centre gère les logements. Le tour operator « Camp Sweden », qui a repéré les lieux, tout le reste. Même la vingtaine de restaurants et bars a été privatisée, et les cartes adaptées. Au revoir salade niçoise et pissaladière, bonjour boulettes de viandes suédoises et saumon. Et pas mal de bières, dès le matin.

On se demande qui sera à 7h au Frukost
On se demande qui sera à 7h au Frukost - CL

Pourtant, ici, aucun débordement, n’assure la directrice des lieux. Patrik et ses 250 « crew members », veillent au grain. L’homme longiligne aux cheveux poivre et sel, a même raccompagné lui-même un vacancier un peu trop alcoolisé, à la sortie. « Ses amis l’ont récupéré et il pourra revenir, il n’y a pas de problème ». Mais Patrik aura du mal à réprimander ce jeune homme croisé qui nous a proposé du lait, à notre plus grand étonnement, bouteille Super U à la main. « Non, ce n’est pas du lait, mais on n’a pas le droit de boire de l’alcool ici [dans les ruelles], alors on boit du lait ».

La fan zone la plus unie de France
La fan zone la plus unie de France - CL

Les quelques 200 non-Suédois qui logent dans le village, exclus des restaurants privatisés, ne sont d’ailleurs guère convaincus. « Ça râle, avoue une employée. Des propriétaires n’ont pas prévenu les locataires et quand ça titube jusqu’à trois heures du matin et que certains essaient d’ouvrir les portes… Mais bon, c’est bientôt fini ».

1.800 euros minimum

Le 23 juin, après 10 jours passés dans le Var, les Suédois lèveront le camp, qualification en huitième de finale ou pas. Mais c’est plutôt mal embarqué. Après un nul sauvé face à l’Irlande, les coéquipiers de Zlatan se sont laissés avoir par les Italiens, en toute fin de match ce vendredi (1-0).

Cette dame commande actuellement une bière.
Cette dame commande actuellement une bière. - CL

Dans leur fan zone privative aménagée sur un parking, une immense tente est montée. Dessous, des centaines de tables, ambiance fête de la bière, accueillent les 2.500 supporters qui ont préféré la piscine à une défaite IRL à Toulouse.

Sous les deux écrans géants, une immense majorité de jeunes (surtout des hommes), entre 20 et 35 ans, enchaînent les bières. Pas besoin de régler, un bip avec son bracelet pucé et les bouteilles atterrissent directement sur la facture. Qui s’ajoute aux 1.800 euros minimum facturés par Camp Sweden, juste pour le logement pendant 10 jours.

Grillades de Suédois sur ma droite
Grillades de Suédois sur ma droite - CL

« Ibrahimovic a été très mauvais, se désole Peter au coup de sifflet final, maillot jaune sur le dos, je ne l’ai pas reconnu. C’est fini pour nous mais on va quand même fêter ça. On est comme les Irlandais, nous, on va passer une bonne nuit. » Et au pire, ce soir, c’est Zumba Party au village.