Fifa: Y a-t-il déjà un scandale Infantino?

FOOTBALL Selon le quotidien allemand «Die Welt», Gianni Infantino, président de la Fifa depuis février, serait déjà sous le coup d’une suspension. La fédération internationale dément...

— 

Gianni Infantino lors du 66e congrès de la Fifa
Gianni Infantino lors du 66e congrès de la Fifa — Rebecca Blackwell

« Il n’y a aucune procédure formelle ouverte contre M. Infantino. » Roman Geiser, le porte-parole de la chambre d’investigation de la commission d’éthique de la Fifa, a tenté d’éteindre le début d’incendie ce vendredi matin. Selon le quotidien allemand Die Welt, le nouveau président de la Fifa, nommé le 26 février 2016 pour succéder à Sepp Blatter, ferait déjà l’objet d’une enquête de la commission d’éthique de l’instance du football mondial. Il risquerait 90 jours de suspension à titre conservatoire.

Sur les traces de Blatter ?

En marge du 66e congrès de la Fédération internationale de football, le 13 mai à Mexico, Gianni Infantino aurait demandé, dans un échange d’e-mails internes, que soient détruits les enregistrements de propos compromettants tenus lors d’une réunion du conseil exécutif. La discussion porterait notamment sur l’écart de rémunération entre lui et son prédécesseur.

Un manque de transparence que réfute la fédération : « L’échange de mails se référait à la destruction d’une copie des enregistrements originaux stockés de façon non conforme sur un serveur local » et ne se « réfère pas à l’enregistrement officiel archivé ». « Ce fichier existe et est conservé à la Fifa », souligne le porte-parole.

Quoi qu’il en soit, c’est déjà la deuxième fois que le nom du Suisse apparaît dans la presse. En avril dernier, il avait déjà été cité dans l’affaire des Panama papers pour avoir  cédé des droits télévisés en dessous des prix du marché. Une mauvaise nouvelle de plus pour la Fifa et celui, qui, quelques jours après son élection, expliquait à la presse que « la corruption disparaîtra grâce à la transparence financière ».