VIDEO. Ligue 1: Merci d'être toi, Pascal Dupraz

FOOTBALL Le sauveur de Toulouse est l'autre star de la dernière journée de Ligue 1...

B.V.

— 

Pascal Dupraz, l'entraîneur du TFC, lors du match de Ligue 1 contre Troyes, le 7 mai 2016 au Stadium de Toulouse.
Pascal Dupraz, l'entraîneur du TFC, lors du match de Ligue 1 contre Troyes, le 7 mai 2016 au Stadium de Toulouse. — R. Gabalda / AFP

Il y a des stars qui s'imaginent légendes et qui font beaucoup parler d'elles. Et puis il y a en d'autres qui préfèrent l'ombre. Parce que oui, Pascal Dupraz est bien une star de la Ligue 1. C'est d'ailleurs lui le grand homme de la 38e et dernière journée de notre championnat de France, bien plus que Zlatan Ibrahimovic. L'ancien coach d'Evian a réalisé un exploit mémorable en sauvant Toulouse d'une rélegation qui lui semblait promise grâce à une fin de saison exceptionnelle et une dernière victoire incroyable à Angers (2-3).

Mais lui préfère saluer ses joueurs. « Ils ont été héroïques. Ça fait deux mois et demi que je leur dis que l'exploit est possible. Il y avait 18 guerriers toulousains qui ont très bien joué, qui ont manqué de chance en encaissant un but alors que rien ne se passait dans notre camp, qui ont cette force de revenir au score après avoir raté un pénalty et quelques occasions en première mi-temps. On implore ses parents, on leur dit avec beaucoup de faiblesse "Aidez-moi, comme vous l'avez toujours fait du temps de votre vivant". Et il se passe un truc incroyable. Il se passe ce qui se passe en trois minutes. Il y a des soirs où les joueurs font que votre coaching est bon. C'est vraiment la victoire de types biens, des joueurs remarquables mais aussi des hommes remarquables. On ne doit rien à personne. Personne ne pensait qu'on allait se maintenir sauf nous ».

>> A lire aussi : Ligue 1: Des abysses à la résurrection, les cinq grands moments de la folle saison du TFC

Dupraz est un homme qui aime le foot, passionnément. Trop peut-être même. Quelques jours après avoir pris le job d'entraîneur de Toulouse, il y a plusieurs semaines maintenant, il fait une syncope en plein entraînement. Il demande alors au président Olivier Sadran s'il souhaite rompre le contrat qui lie les deux hommes. « C'est pas le genre de la maison », répond le président du Téfécé. Alors même avec tout le respect qu'on a pour Reims ou le Gazélec d'Ajaccio, voir Dupraz sauver Toulouse a quelque chose de touchant. Et ça nous fait aimer le foot.