Une Iranienne autorisée à aller jouer au Guatemala, contre l'avis de son mari

FUTSAL En septembre, le mari de Niloofar Ardalan, capitaine de l’équipe iranienne, l'avait déjà empêchée de se rendre en Malaisie...

G.R. avec AFP

— 

Niloofar Ardalan, capitaine de l'équipe nationale iranienne de football en salle.
Niloofar Ardalan, capitaine de l'équipe nationale iranienne de football en salle. — AMIR KHOLOOSI / ISNA / AFP

Une sportive iranienne de haut niveau a été autorisée par la justice à se rendre au Guatemala pour participer à une compétition internationale, malgré le veto de son mari, selon la télévision d’Etat. En septembre, le mari de Niloofar Ardalan, capitaine de l’équipe iranienne de futsal, l’avait déjà empêchée de partir en Malaisie pour participer aux championnats asiatiques de cette discipline, sous prétexte que leur enfant venait d’avoir 7 ans et commençait à aller à l’école.

Le procureur dépasse la loi

Selon la loi en vigueur en Iran, une femme doit avoir l’autorisation de son mari pour quitter le pays. Mais de plus en plus de femmes exigent que cette autorisation soit inscrite dans le contrat du mariage. La justice est intervenue en faveur de Niloofar Ardalan pour lui permettre de participer à la coupe du monde qui se déroulera au Guatemala du 24 au 29 novembre. « Ma présence a été possible avec la permission du procureur et j’ai obtenu l’autorisation de quitter le pays pour un seul voyage », a affirmé la footballeuse.

Les femmes en Iran restent victimes de discriminations et doivent porter le voile islamique. Mais elles ont le droit de vote et beaucoup vont à l’université, travaillent, conduisent ou occupent des postes gouvernementaux importants.