Fifa: Sepp Blatter assure qu'on en serait pas là «si d'autres pays avaient été désignés»

FOOTBALL Le Qatar assure avoir respecté l'éthique...

A.M. avec AFP

— 

Sepp Blatter, le président de la Fifa, dévoile le nom du pays hôte de la Coupe du monde 2022, le Qatar, lors d'une cérémonie tenue le 2 décembre 2010 au siège de la Fifa à Zürich
Sepp Blatter, le président de la Fifa, dévoile le nom du pays hôte de la Coupe du monde 2022, le Qatar, lors d'une cérémonie tenue le 2 décembre 2010 au siège de la Fifa à Zürich — Karim Jaafar AFP

Des regrets, Sepp BlatterLors du congrès de la Fifa, qui élira vendredi en fin de journée un nouveau président, le patron de l'instance est évidemment revenu sur les scandales de corruption qui ont éclaté cette semaine. «Si le 2 décembre 2010, deux autres pays avaient été désignés organisateurs des Coupes du monde 2018 (Russie) et 2022 (Qatar), je pense qu'on n'en serait pas là aujourd'hui», a expliqué Blatter, sous-entendant que ces nominations ont provoqué la colère de l'Angleterre, candidate déçue de 2018, et des Etats-Unis, frustrés de ne pas avoir été retenus pour 2022.

Le congrès de la Fifa en direct

Dans le même temps, l'émirat a assuré avoir respecté les «plus hauts standards éthiques» pour l'obtention du Mondial-2022. Depuis mercredi et le coup de filet qui a conduit à l'interpellation de sept responsables de la Fifa dans un hôtel de luxe de Zurich, la Fifa est dans la tourmente. De forts soupçons de corruption entourent les attributions des coupes du monde 2018 à la Russie et 2022 au Qatar.