PSG-Metz: Les Messins fiers de s’être mobilisés pour défendre la cause de Serge Atlaoui

FOOTBALL Les joueurs du FC Metz ont porté un T-shirt «Ensemble, sauvons Serge Atlaoui», avant le début du match au Parc des Princes…

J.L.

— 

Le FC Metz a décidé de soutenir la cause de Serge Atlaoui, originaire de la région.
Le FC Metz a décidé de soutenir la cause de Serge Atlaoui, originaire de la région. — THOMAS SAMSON / AFP

Une même demande, deux attitudes différentes. Sollicité par l'association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), au même titre que le PSG, pour montrer son soutien à Serge Atlaoui, le Français originaire de Moselle condamné à mort en Indonésie dont l’exécution pourrait ne plus tarder, le FC Metz a décidé de faire porter à ses joueurs un tee-shirt «Ensemble, sauvons Serge Atlaoui» lors de l’échauffement d’avant-match au Parc des Princes.

La consigne a été parfaitement respectée, et si certains n’étaient pas très à l’aise sur le sujet plus tard en zone mixte, Florent Malouda a fait le boulot pour tout le monde : «Il est de la région, j’espère qu’il y aura une issue favorable pour la famille. C’est un soutien symbolique, mais j’espère que ça va faire bouger les choses, même si c’est un sujet délicat diplomatiquement parlant. Il y a la vie d’un homme en jeu on connaît les valeurs de la République sur le sujet de la peine de mort. Maintenant, l’Indonésie est un état souverain, il faut respecter ça aussi. Mais c’est bien que les gens se mobilisent pour une telle cause.

>>> Le PSG refuse de s'impliquer dans l'affaire Atlaoui

Le PSG, qui n’a pas le même avis sur la question, est resté droit dans ses bottes. Interrogé sur le sujet en conférence de presse, Laurent Blanc a pris le temps de faire répéter son interlocuteur avant de l’inviter «à ne pas mélanger les choses», dans la ligne du communiqué publié la veille par Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué du club: «A nos yeux, un club de football et ses joueurs doivent s'en tenir aux limites de leur territoire de légitimité et de compétence, fût-ce pour soutenir un ressortissant français».