Coupe du monde de rugby: «Si la Nouvelle-Zélande avait besoin de points, le match n'aurait pas été annulé», critique Parisse

RUGBY Le capitaine de la sélection italienne est très amer après l'annulation de match contre les Blacks, qui scelle l'élimination de son équipe

N.C. avec AFP

— 

Sergio Parisse, le capitaine du XV d'Italie, lors du match contre l'Afrique du sud le 4 octobre 2019.
Sergio Parisse, le capitaine du XV d'Italie, lors du match contre l'Afrique du sud le 4 octobre 2019. — Adrian DENNIS / AFP

Merci Sergio Parisse. Le capitaine de l’Italie a parfaitement résumé ce que tout le monde pense après l’annulation des trois matchs de Coupe du monde – dont celui de son équipe contre la Nouvelle-Zélande – prévus samedi décidée par World Rugby.

« Ce n’est pas nouveau que des typhons frappent le Japon, a-t-il fait remarquer devant la presse, ce jeudi, à Toyota City. Il est ridicule qu’il n’y ait pas eu de plan B. Quand vous organisez une Coupe du Monde vous devriez en avoir un en place. »

Pour Parisse, la Fédération internationale n’en a pas grand-chose à faire des petites équipes comme l’Italie. « Si l’Italie et la Nouvelle-Zélande décident de ne pas jouer, très bien. Mais si la Nouvelle-Zélande avait (eu) besoin de quatre ou cinq points contre nous, (le match) n’aurait pas été annulé », est-il persuadé.

Cette annulation est très dure à accepter pour les Italiens, puisqu’elle met fin à leurs infimes espoirs d’atteindre les quarts de finale. Il aurait fallu pour cela que la Squadra Azzura batte pour la première fois le triple champion du monde néo-zélandais, bonus offensif en prime. « Bien sûr, tout le monde pourrait penser que l’annulation d’un match entre l’Italie et la Nouvelle-Zélande ne compte pas parce que nous aurions perdu de toute façon, mais nous méritons d’être respectés en tant qu’équipe », a estimé le capitaine aux 142 sélections.