Coupe du monde de rugby: Pour Mourad Boudjellal «ce n'est pas le Top 14» qui est responsable du crash des Bleus

RUGBY Le président de Toulon revient sur les causes des mauvais résultats du XV de France...

A.M. avec AFP

— 

Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, en septembre 2015.
Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, en septembre 2015. — LOIC VENANCE / AFP

Le Top 14, accusé d'empêcher l'éclosion des joueurs français et de proposer un jeu restrictif, n'est «pas responsable» des mauvais résultats du XV de France, écrasé par les All Blacks (62-13) samedi à la Coupe du monde, a déclaré Mourad Boudjellal, président du RC Toulon. «Ce n'est pas le Top 14 qui est responsable mais la perversité de certaines mesures», a dit Boudjellal, dont le club a cumulé trois succès en Coupe d'Europe (2013, 2014, 2015) et un titre de champion de France (2014) ces dernières années, avec dans ses rangs de nombreux joueurs étrangers.

«Plusieurs amendements pourraient porter mon nom»

«A l'origine, les clubs faisaient appel à une main d'oeuvre étrangère d'appoint, ensuite ils ont choisi des joueurs d'élite puisqu'ils étaient limités, ils ont pris la place des Français, dont la valeur marchande a augmenté. On a obtenu l'effet inverse de celui recherché», souligne Mourad Boudjellal. Plus largement, le président de Toulon estime qu'il «faut mettre à plat un système économique». «Les lois sont faites sur mesure, au cas par cas, pour favoriser l'un ou emmerder l'autre. Plusieurs amendements pourraient porter mon nom», juge-t-il, citant le cas du financement de la formation.

«Un grand club formateur comme Bourgoin a formé la moitié des joueurs de l'équipe de France puis a été victime du système. Qui à la Fédération a levé le petit doigt pour l'aider ?», s'est-il interrogé. M. Boudjellal pointe aussi la faillite des entraîneurs, en posant la question : «Le Japon et la Géorgie jouaient mieux que la France à la Coupe du monde, ils ont de meilleurs joueurs ?». Très critique à l'égard de Philippe Saint-André, qui fut son entraîneur à Toulon avant de prendre en main l'équipe de France, M. Boudjellal a manié l'ironie : «PSA... On ne tape pas sur les gens courageux. Il est courageux car il répond à tout le monde».