VIDEO. Mort de Mohamed Ali: Les grands moments de sa carrière en vidéo

BOXE Le boxeur s'est éteint à l'âge de 74 ans...

M.C.
— 
Cassius Clay /Mohamed Ali avec Malcolm X
Cassius Clay /Mohamed Ali avec Malcolm X — AP/SIPA

« I am the greatest », « Je suis le meilleur », disait lui-même Mohamed Ali. La légende de la boxe, qui s’est éteinte à 74 ans, après avoir perdu son dernier combat contre la maladie de Parkinson a mené avec ses poings, son verbe acéré et un charisme fou une hallucinante carrière d’un demi-siècle. Retour en vidéos sur les moments marquants.

>> Voir notre diaporama Mohamed Ali, « The Greatest »

1960: Une médaille d’or aux JO de Rome

Né en 1942 à Louisville, Kentucky, c’est au vol de sa bicyclette que Cassius Clay doit son premier contact avec le sport dont il deviendra une légende. Le jeune garçon de 12 ans, à la recherche d’un représentant de la loi pour signaler le forfait, rencontre Joe E. Martin, policier et entraîneur de boxe. Après un début de carrière prometteur chez les amateurs, il devient champion olympique des poids mi-lourds lors des Jeux d’été dans la capitale italienne.

 

25 février 1964 : Premier titre de champion du monde

Cassius Clay inaugure sa devise « vole comme un papillon, pique comme l’abeille, oh, et vas-y cogne mon gars, cogne ! », qui serait en fait celle de Drew Bundini Brown, l’un de ses entraîneurs et hommes de coin. 19 fois victorieux dont 15 fois par KO, jamais vaincu, Clay est pourtant loin d’être favori lorsqu’il affronte le champion du monde Sonny Liston, le 25 février 1964.

Mais Liston, peut-être déconcerté par les multiples provocations de son jeune adversaire avant le combat, se fait surprendre par sa vitesse et son jeu de jambes. A 22 ans, Cassius Clay devient le plus jeune boxeur à détrôner un champion du monde dans cette catégorie.

 

6 mars 1964 : Cassius Clay devient Mohamed Ali

Après sa victoire contre Liston, Cassius Clay décide de changer de nom et se fait appeler Cassius X en l’honneur du leader des « Black Muslims », Malcolm X. Un mois plus tard, il se convertit à l’Islam et prend le nom de Mohamed Ali.

 

25 mai 1965: La revanche contre Liston

Le combat, gagné par Ali par K.O. reste controversé, certains accusant Liston de s’être « couché ».

 

1966: Il refuse de partir au Vietnam

« Je n’ai pas de problème avec les Vietcongs », déclare Mohamed Ali le 17 février 1966. Alors qu’il devrait être recruté par l’armée pour partir combattre au Vietnam, il refuse et se déclare objecteur de conscience. Il échappe à la prison mais est interdit de ring, vilipendé par une majorité de l’opinion publique américaine et tenu par d’autres comme un pilier de la contre-culture et un champion de la cause des noirs qui se battent alors pour l’égalité des droits.

 

6 février 1967 : Il bat Ernie Terrell et récupère son titre

Ali récupère le titre WBA en dominant Ernie Terrell mais est inculpé trois mois plus tard pour son refus d’être incorporé et déchu de sa ceinture. Il est inculpé et condamné à cinq ans de prison et 10.000 dollars d’amende. Il évite la prison mais ne peut toujours pas combattre. Deux ans plus tard, après avoir à nouveau refusé l’incorporation, il est condamné une nouvelle fois à cinq années de prison et 10.000 dollars d’amende.

 

8 mars 1971 : Le « combat du siècle » contre Joe Frazier

C’est le clash des champions au Madison Square Garden à New York entre Mohamed Ali, invaincu mais déchu de ses titres, et Joe Frazier, qui s’est hissé en son absence à la tête de la division poids lourds. L’enjeu n’est pas seulement sportif, car Ali, en refusant d’aller se battre au Vietnam, est devenu un symbole du contre-pouvoir. Envoyé au tapis au début du quinzième round, il réussit à finir le combat, mais Frazier l’emporte aux points et conserve son titre. C’est la première défaite de Mohamed Ali chez les pros.

 

31 mars 1973 : Reconquête manquée du titre

Terrible accroc sur le chemin de la reconquête de son titre : Ali, 31 ans affronte pour la première fois Ken Norton, de deux ans son cadet. Dans sa ville natale de San Diego, le jeune boxeur, nettement plus affuté qu’Ali qui dépasse les 100kg, remporte le combat après avoir brisé la mâchoire de Mohamed Ali lors de la 2e reprise.

 

30 octobre 1974 : Le Rumble in the Jungle contre George Foreman

Le dictateur zaïrois Mobutu Sese Seko, désireux de promouvoir son pays (aujourd’hui la République démocratique du Congo), promet cinq millions de dollars au vainqueur de cette lutte entre le champion George Foreman et son challenger. « Vous croyez que le monde a été choqué par la démission de Nixon ? Attendez que je botte le cul de George Foreman », avait lancé Ali. Au terme d’une lutte épuisante par 30°C à Kinshasa, Foreman est KO au 8e round et le « Greatest » retrouve son titre de champion du monde.

 

26 juin 1976 : Les débuts du MMA face à Antonio Inoki

Dans ce match promotionnel, le boxeur américain défie le catcheur japonais Antonio Inoki. Ce dernier, qui n’a pas le droit de donner des coups de pied au visage d’Ali, passe son temps au sol. Le combat, considéré comme le début des arts martiaux mixtes (MMA) dure 15 rounds et se solde par un match nul. Mohamed Ali sera toutefois hospitalisé pour des blessures aux jambes.

 

1978 : Dernières batailles pour le titre

Détrôné par Leon Spinks le 15 février, Ali prend sa revanche sept mois plus tard et devient le premier boxeur sacré trois fois chez les lourds, lors d’un combat qui n’est pas resté dans les annales.