Le journal de l'Euro: Les supporters belges à nouveau en vente... La presse russe ne fait pas de cadeaux...

FOOTBALL Tout ce qu'il faut savoir sur le championnat d'Europe en Pologne et en Ukraine...

— 

L'équipe russe, éliminée de l'Euro 2012 en phase de pouole, se fait massacrer par la presse russe.
L'équipe russe, éliminée de l'Euro 2012 en phase de pouole, se fait massacrer par la presse russe. — Sergey Ponomarev/AP/SIPA

Mardi 19 juin

Fulio Collovati oublie de couper son micro

Fulio Cullovati, consultant sur la Rai, la chaine publique italienne, et ancien champion du monde avec l’Italie en 1982, s’est un peu lâché à la mi-temps de Grèce-Russie (1-0) et a dit tout le bien qu’il pensait de l’équipe de Grèce : «La Grèce est une équipe de merde.» Problème: il avait oublié de fermer son micro…

Défiez les journalistes de 20Minutes au petit jeu des pronostics. Allez-y, c’est gratuit, et il y a des cadeaux à gagner.

Les supporters belges se remettent en vente

Après avoir été achetés 3.000 euros par des Néerlandais pour soutenir les Pays-Bas, les Belges sont à nouveau « en vente » sur eBay. Les Bataves ne s’étant pas qualifiés pour les quarts de finale, les mercenaires du plat pays, donneront de la voix pour qui les achètera. L’argent récolté est reversé à l’Unicef. Malheureusement, pour le moment, les enchères ne s’élèvent qu’à 16 euros. Pour motiver leurs «acheteurs», les supporters belges promettent dans les colonnes de l’Equipe de «porter les couleurs de l’équipe, agiter les drapeaux du pays et peut-être même apprendre l’hymne national»! Vendeur comme promesse, non?

Un supporter irlandais porté disparu

Depuis la nuit de samedi à dimanche, personne n’a de nouvelles d’un supporter irlandais âgé de 21 ans, peut-on lire dans l’Equipe. Il avait assisté à des matches de l’Euro avec des amis. Il n’est toujours pas repassé par son hôtel à Bydgoszcz.

La presse russe se fâche

L’élimination de la Russie (après sa défaite 1-0 contre la Grèce samedi) a réveillé les plumes locales, peut-on lire dans l’Equipe. «Vous nous brisez le cœur», «salauds», «moins que rien» ou «ne pas penser au prestige du football dans la mère patrie, mais à leurs primes»  ont ainsi été quelques uns des «quolibets» jetés à la tête de la sélection nationale dans la presse russe.