Kim Källström: «On est capable de battre la France»

FOOTBALL Déjà éliminée, la Suède va jouer son honneur face aux Bleus, mardi...

Bertrand Volpilhac, à Kiev

— 

Le Suèdois Kim Källström (à gauche), au duel avec l'Ukrainien Andreï Voronine, le 11 juin 2012
Le Suèdois Kim Källström (à gauche), au duel avec l'Ukrainien Andreï Voronine, le 11 juin 2012 — A.DEMIANCHUK/REUTERS

De notre envoyé spécial à Kiev, Ukraine

Quelque part entre le dernier match de l’Euro et le premier match de la qualification à la Coupe du monde 2014, c’est une Suède «frustrée» qui se présentera face à la France, mardi à Kiev. Eliminée de l’Euro après deux courtes défaites face à l’Ukraine et l’Angleterre, elle n’en reste pas moins un adversaire sérieux, qui jouera «relaxé, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose», pour leur sélectionneur, Erik Hamren. Kim Källström, le milieu de Lyon et des Scandinaves, croit aussi pouvoir battre la France.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce match, sans enjeu pour vous?
On se sent très bien, même si évidemment on ne voulait pas être dans cette situation là. Pour nous, il s’agit de bien terminer ce rendez-vous et de bien se préparer pour les matchs de qualifications avant la Coupe du monde. On est là pour jouer au football et même si on ne peut pas passer au tour suivant ça ne veut pas dire qu’on ne va pas être préparés à 100%. On reste des compétiteurs et on va montrer un visage séduisant. On est capable de battre la France.

Pour quelles raisons avez-vous raté votre tournoi?
On n’a pas été efficace à la fois dans la surface de réparation adverse et dans la notre. On a encaissé cinq buts et c’est trop pour accéder aux quarts. On s’est créé beaucoup d’occasions mais on n’a pas su les concrétiser. On a pratiqué du bon football, mais c’est le résultat qui compte.

Votre entraîneur vous a laissé un jour libre dimanche. Et pourtant, tous les joueurs ont insisté pour s’entraîner…
Le sélectionneur nous a donné le choix, c’était un beau geste de sa part. Mais tout le monde est là pour bien préparer le dernier match. Donc on avait le sentiment que c’était tout à fait normal de s’entraîner et de retrouver notre meilleure condition physique. On est tous là pour jouer, cela montre la détermination du groupe.

Vous qui jouez à Lyon, comment jugez-vous cette équipe de France et son entraîneur, Laurent Blanc?
C’est un entraîneur qui a beaucoup de respect parmi ses joueurs. Il a eu une superbe carrière en tant que joueur. Après la situation en Afrique du Sud, il a été l’homme juste avec sa façon de gérer les choses. Je l’ai rencontré plusieurs fois lorsqu’il était entraîneur des Girondins de Bordeaux. Il a beaucoup d’expérience sur le plan tactique. Il a tout pour faire un bon travail avec les Bleus. Je croyais déjà avant le tournoi que la France allait être une des favorites. C’est la meilleure équipe de ce groupe.