Capoue, la clé du système

Nicolas Stival

— 

Pour Casanova, Capoue est presque irremplaçable dans le schéma du TFC.
Pour Casanova, Capoue est presque irremplaçable dans le schéma du TFC. — F. Scheiber/20 Minutes

A Toulouse, la révolution est peut-être en marche. Depuis sa prise de fonctions, en 2008, Alain Casanova est indissociable du système en 4-1-4-1, qu'il a toujours âprement défendu contre les – nombreuses – critiques (isolement de l'avant-centre, trop grande lisibilité pour l'adversaire...). Si le technicien du TFC préfère parler de 4-3-3, ce schéma s'appuie sur un milieu récupérateur posté devant la défense, en l'occurrence Etienne Capoue. Même si elle restera un premier choix, cette tactique ne devrait plus être orpheline en 2012-13. « On veut s'appuyer sur un deuxième, voire un troisième système et quelquefois être moins prévisible, annonce Casanova. Il y a quatre ans, on a mis un système en place en rapport aux profils dont on disposait. Si l'on n'avait pas eu Capoue, il n'aurait pas existé. »

« Un 4-2-3-1 à la montpelliéraine »
Or, le meilleur joueur toulousain pourrait partir cet été (voir par ailleurs). Et trouver un autre joueur capable d'abattre un travail défensif colossal, associé à des qualités physiques et techniques hors norme, relève de la mission impossible. « Pour le remplacer, il faut se lever tôt le matin », image Casanova, qui pense notamment, comme alternative, « à un 4-2-3-1 à la montpelliéraine ». Autrement dit, un schéma avec deux récupérateurs au lieu d'un seul, et un milieu offensif axial derrière l'attaquant de pointe (respectivement Belhanda et Giroud chez les champions de France). « Je dois tenir compte du profil de mes joueurs, indique Casanova, qui pourrait notamment essayer Daniel Braaten ou Wissam Ben Yedder à ce poste de soutien de l'avant-centre (Emmanuel Rivière), plus adapté à leurs qualités qu'un rôle d'ailier. « Concernant Wissam, je ne veux pas passer à côté de quelque chose, indique le technicien. Je ne suis sûr de rien à son sujet, sur sa capacité à être performant à haut niveau et à être constant, mais il montre des choses intéressantes. » Du destin de Capoue dépend donc en grande partie l'avenir tactique du TFC. W

Casanova, le public et « Beto » Marcico

Le TFC affiche cette saison une moyenne de 21 446 spectateurs (la 5e de L1), et un taux de remplissage de 60,3 % (le 16e). « Il y a 15 000 spectateurs toujours présents, dont on peut louer la ferveur, mais après, il n'y a pas de public, tranche Casanova. Les gens viennent voir jouer Marseille ou Paris » « Les gens ici sont encore nostalgiques de Marcico, il faut tourner la page », conclut-il. Le génial attaquant argentin a quitté Toulouse en 1992…