Les Bleus font le choix de la « positive attitude »

©2006 20 minutes

— 

A l'image du précédent Mondial, la France n'a guère impressionné lors de ses deux premiers matchs de compétition. Et, comme en 2002, les Bleus devront battre leurs derniers adversaires par deux buts d'écart pour rêver des huitièmes de finale. Malgré tout, Thierry Henry conserve un discours résolument optimiste. « On est dans une meilleure position qu'il y a quatre ans, car le Togo n'est pas au niveau du Danemark, explique l'unique buteur tricolore en Allemagne. D'autres équipes ont connu des démarrages poussifs avant de remporter la Coupe du monde. J'ai encore confiance en cette équipe. » Autre rescapé de la débâcle japonaise, Willy Sagnol, qui s'était distingué le week-end dernier en allumant Marcel Desailly (« Ferme ta gueule, l'ancien ») et les retraités de 1998 après certaines critiques, est également adepte de la « positive attitude ». « On est dans de bien meilleures conditions qu'en 2002 au même moment de la compétition », répète à l'envi le joueur du Bayern Munich. Une thèse confirmée par Mikaël Silvestre. « On est mieux, tout simplement, dans nos têtes et dans nos jambes. On a senti une amélioration entre les deux premiers matchs, c'est pourquoi le groupe se veut serein », conclut le défenseur de Manchester United.