Football: Ronaldo aurait pu mourir le 12 juillet 1998

FOOTBALL Plus de treize ans après l'hospitalisation de Ronaldo lors de la coupe du monde 1998, pour ce qu'on croyait être une crise d'épilepsie, un cardiologue italien révèle que le Brésilien aurait pu mourir...

S. B.

— 

L'attaquant brésilien Ronaldo lors des ses adieux au football avec la Selecao, le 8 juin 2011, à Sao Paulo.
L'attaquant brésilien Ronaldo lors des ses adieux au football avec la Selecao, le 8 juin 2011, à Sao Paulo. — P.WHITAKER/REUTERS

Santé et Ronaldo riment souvent avec surcharge pondérale. Souvent moqueurs lorsqu’il s’agit d’évoquer l’état de forme du Brésilien, les observateurs du monde du ballon rond riront certainement moins à la vision du témoignage de Bruno Caru, président de la société italienne de la cardiologie du sport. Auteur d’un passage télévisé remarqué lors de l’émission italienne «la Tribù del calcio», Bruno Caru, qui a examiné en profondeur un dossier médical de Ronaldo datant de 1998, a affirmé qu’Il Fenomeno aurait pu mourir juste avant la finale de la Coupe du Monde.  

Les médecins français auraient suivi le diagnostic de Roberto Carlos…  

«Ronaldo était couché sur son lit et regardait un Grand Prix de Formule 1 à la télévision. Il a alors penché la tête de manière non naturelle. Le sang ne circulait plus, il a eu une chute de la fréquence cardiaque et de la pression sanguine. Il est tombé dans les pommes». Après cette brève explication de ce qui est arrivé à Ronaldo dans sa chambre d’hôtel, Bruno Caru, a affirmé aux micros de la chaîne italienne Mediaset que les médecins français s’étaient basés sur le pronostic de Roberto Carlos pour diagnostiquer Ronaldo: «Roberto Carlos, arrière gauche du Brésil, a vu Ronaldo en train de convulser. Il a donc émis l’hypothèse d’une crise d’épilepsie. Ronaldo a été transporté à l’hôpital et a subi une batterie de tests neurologiques. L’électrocardiogramme n’a pas été analysé comme il se doit. Donc les médecins français se sont entêtés et se sont fiés au diagnostic de la crise d'épilepsie émise par Roberto Carlos et non par un médecin.»

Le même médicament que Marylin Monroe

Grave, cette erreur aurait pu être irréversible. En effet, selon Bruno Caru, qui a travaillé main dans la main avec le docteur Volpi, médecin de l’Inter Milan lorsque Ronaldo évoluait en Lombardie, le traitement administré au joueur le jour du match aurait pu être mortel: «Ils ont donné un médicament très puissant, bon pour l'épilepsie mais pas recommandé pour les problèmes cardiaques. Ils ont donné un sédatif très lourd, le Gardenale, qui a été utilisé par Marylin Monroe pour se suicider. Ce sédatif réduit et inhibe fortement l'activité cérébrale. C'est ce qui explique la prestation plus que décevante de Ronaldo en finale. Cela explique aussi les images du joueur qui, le lendemain, descend de l'avion de retour au Brésil en titubant comme s'il était ivre.» Jeune retraité, Roberto Carlos voit donc le monde de la médecine lui fermer ses portes. Pas facile, la reconversion.