Un Lyon renversant élimine Lille en Coupe de la Ligue

FOOTBALL Réduits à 10, les Lyonnais arrachent leur qualification pour les demi-finales...

Stéphane Marteau à Lyon

— 

Lisandro Lopez lors du quart de finale de Coupe de la Ligue entre Lyon et Lille, le 11 janvier 2012.
Lisandro Lopez lors du quart de finale de Coupe de la Ligue entre Lyon et Lille, le 11 janvier 2012. — PHILIPPE MERLE / AFP

Le talent de Michel Bastos est multiple. L’ancien lillois a été l’un des hommes clés du succès remporté mercredi par l’OL devant son ancien club (2-1) en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Pour sa première titularisation depuis plus d’un mois, l’international brésilien a été à l’origine des deux buts inscrits par Kim Källström (41e) et Lisandro Lopez (65e). Et tout ça en évoluant à un poste qu’il découvrait, celui d’arrière droit.

>> Lyon - Lille à revivre en live

Rémi Garde n’est pas devenu fou, il a juste été obligé de s’adapter aux événements après la rapide expulsion de Mouhamadou Dabo (11e) qui avait été titularisé à la place d’Anthony Reveillère, en délicatesse avec sa cuisse gauche. Contraint d’assurer l’intérim, Michel Bastos a parfaitement bloqué son couloir et a su de sa patte gauche magique inverser le cours d’un match mal embarqué.

Quatrième demi-finale pour l’OL

Le temps que l’OL s’adapte à sa nouvelle organisation, Lille avait ouvert le score par Joe Cole (28e). A cet instant, les hommes de Rudi Garcia ont certainement pensé avoir réalisé le plus dur. Face à un bloc défensif lyonnais très compact, ils n’ont jamais cherché à appuyer sur l’accélérateur, y compris lorsque l’OL a égalisé. Les Lyonnais, eux, se sont montrés patients avec sa charnière centrale expérimentale (Gonalons-Umtiti) après le nouveau forfait et dernière minute de Dejan Lovren et avec un Lisandro Lopez placé seul en pointe et admirable dans son travail de harcèlement défensif.

C’est finalement sur leurs deux seuls occasions franches qu’ils sont parvenus à tromper Vincent Enyeama, aligné dans les cages à la place de Mickaël Landreau. Ce n’est finalement que justice tant l’OL a montré plus d’envie d’atteindre pour la quatrième fois de son histoire le dernier carré de cette compétition au contraire de son adversaire qui n’en avait pas fait un objectif majeur.

les demi-finales

Lorient - Lyon (31 janvier)

Marseille - Nice (1er février)