PSG: Diego Lugano fait déjà forte impression

FOOTBALL A peine débarqué dans la capitale, l'Uruguayen devrait être titulaire contre Brest, dimanche...

A.M.

— 

L'Uruguayen Diego Lugano, le 30 août 2011, à Paris.
L'Uruguayen Diego Lugano, le 30 août 2011, à Paris. — DUPUY FLORENT/SIPA

On peut être titulaire au PSG sans rouler dans sa propre voiture. C’est le cas de Diego Lugano, le défenseur parisien. «Tota» circule toujours dans une Mercedes noire de location, à peine une dizaine de jours après avoir posé ses valises dans la capitale. Et dimanche, contre Brest, les blessures de Mamadou Sakho (cuisse) et de Milan Bisevac (adducteurs) devraient le propulser dans le onze de départ. Pour sa première séance de dédicaces, mercredi, c’est Nenê qui lui a servi de chaperon. Mais le gaucher du PSG a abandonné en premier: aux étirements comme aux autographes, Lugano fait toujours du rab.

«Il est à fond, mais ce n’est pas pour faire mal»

Ce jour-là, l’ancien joueur de Fenerbahçe a participé à sa deuxième séance collective. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son style est conforme à sa réputation: quelques gros tacles, un jeu de tête puissant et un calme à toute épreuve dans la relance. «Il ne faut pas rigoler avec lui! Même à l’entraînement, il est à fond, mais ce n’est pas pour faire mal. Heureusement, pour le moment, j’ai eu la chance d’être dans son équipe», se moque Nenê. Marcos Ceara, l’autre Brésilien du groupe, est également proche de lui. Lugano pratique le portugais couramment pour avoir joué à Sao Paulo pendant trois ans.

Le Français dans deux mois

Et la langue française ne devrait de toute façon pas lui résister longtemps. Pour le moment, il se contente d’un timide «bonjour», mais il a promis de le parler correctement d’ici deux mois. Et il lui restera toujours l’anglais pour communiquer avec Antoine Kombouaré. Pour tout le reste, il y a l’inévitable Nenê. «On essaie de l’aider au maximum pour que l’adaptation se fasse le plus vite possible. On se parle beaucoup. Il demande énormément de choses par rapport au terrain», explique le Brésilien.  Visiblement, pas pour avoir le mode d’emploi du tacle.