Formule 1 à Silverstone: Fernando Alonso détrône Vettel

FORMULE 1 L'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari) a remporté, enfin, la neuvième épreuve de la saison...

© 2011 AFP
— 
Fernando Alonso célèbre sa victoire avec sa Ferrari au Grand-Prix de Silverstone, le 10 juillet 2011.
Fernando Alonso célèbre sa victoire avec sa Ferrari au Grand-Prix de Silverstone, le 10 juillet 2011. — Nigel Roddis / Reuters

L'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari) a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne de Formule 1, neuvième épreuve de la saison, devant l'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) et l'autre Red Bull pilotée par l'Australien Mark Webber, dimanche à Silverstone.

Alonso, qui n'avait pas gagné depuis 11 épreuves (GP de Corée du Sud 2010), s'est imposé pour la 27e fois de sa carrière au terme d'une course riche en rebondissements, au cours de laquelle il a su profiter d'une nouvelle erreur de Red Bull, maladroit lors du troisième arrêt aux stands de Vettel.

L'Allemand, dont la roue arrière-gauche était bloquée, a vu passer l'Espagnol, qui a ensuite accumulé les meilleurs tours en course pour s'imposer largement. La Scuderia peut se féliciter du niveau de performance de sa monoplace, inconcevable il y a encore quelques courses.

Le titre est encore loin

Mais elle ne peut toujours pas rêver de titre, Alonso, malgré les 25 unités récupérées grâce à cette victoire, restant à 92 longueurs de Vettel, même s'il remonte à une plus honorable 3e place au classement général.

C'est au contraire l'Allemand qui réalise une bonne opération au championnat, car il réussit à devancer ses dauphins au général avant le GP de Grande-Bretagne, le Britannique Jenson Button (McLaren) et Webber, dans des conditions certes très contestables pour ce dernier.

Si Button a été victime d'une erreur d'un de ses mécaniciens aux stands, qui n'a pas revissé sa roue avant-gauche, ce qui l'a mis hors course, l'Australien, qui attaquait son coéquipier dans le dernier tour, a reçu des consignes de course évidentes.

Manque évident de fair-play chez Red Bull

«Maintiens l'écart», lui a ainsi demandé le patron de Red Bull, Christian Horner, alors que Mark Webber tentait de dépasser son partenaire. Un ordre navrant de la part d'une écurie vendant son fair-play en piste.

Le Britannique Lewis Hamilton (McLaren), un temps 2e, finit 4e au terme d'une superbe bataille dans les dernières boucles avec le Brésilien Felipe Massa (Ferrari), 5e, tandis que l'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) est 6e, le Mexicain Sergio Perez (Sauber) 7e et l'Allemand Nick Heidfeld (Lotus Renault) 8e.

L'Allemand Michael Schumacher (Mercedes), qui a multiplié les dépassements - et a commis quelques erreurs - prend la 9e place. Il précède l'Espagnol Jaime Alguersuari (Toro Rosso), 10e après une jolie course.