Tour de France en direct: Revivez la 4e étape en live comme-à-la-maison

B.V. et R.S.

— 

Philippe Gilbert avant sa victoire aux Herbiers, le 2 juillet 2011
Philippe Gilbert avant sa victoire aux Herbiers, le 2 juillet 2011 — P.ROSSIGNOL/REUTERS

Quatrième étape: Lorient > Mûr de Bretagne, 172,5 km

Le point sur les classements

Maillot jaune: Thor Hushovd (Garmin Cervelo)

Maillot vert: José Joaquin Rojas (Movistar)

Maillot à pois: Philippe Gilbert (Omega Pharma)

Maillot blanc: Geraint Thomas (Sky)

Le parcours en vidéo

Le résumé anticipé de l’étape

C’est un fait, Albert Contador est salement à la bourre. Avec près de deux minutes de retard sur les grands favoris de ce Tour, l’Espagnol est obligé de passer à l’offensive. Et s’il sait qu’il ne fera aucune vraie différence sur le Mur de Bretagne, il demande tout de même à son équipe de rouler, histoire de montrer que rien ne sera facile pour Andy et compagnie. Résultat: à 20 kilomètres de l’arrivée, l’échappée des six, dont deux Français, Pierre Rolland (Europcar) et Mickaël Buffaz (AG2R), est avalée. A 2 km de l’arrivée, dans les premières pentes du Mûr, Cadel Evans se place dans la roue de Philippe Gilbert. Thomas Voeckler lance la première offensive et sort du peloton, suivi par Jérôme Pineau. L’alliance franco-française résiste jusqu’à 500 mètres de l’arrivée à un petit groupe composé des frères Schleck, Contador, Evans, Gilbert et Cancellara. Le Suisse, vexé de s’être fait bouffer par le Belge samedi, lance un sprint lointain. Gilbert répond par une accélération fulgurante que personne ne peut suivre. Le puncheur d’Omega Pharma remporte sa deuxième étape dans ce Tour de France avec trois secondes d’avance sur Franck Schleck, qui règle le sprint derrière. Cadel Evans devient maillot jaune pour huit secondes.

La minute Jean-Paul Ollivier

La caravane du Tour passe aujourd’hui devant le château de Tronjoli, près de la ville de Gourin (4.200 habitants). Construit en 1768 à l'emplacement d'un ancien manoir, l'aile ayant été reconstruite à la fin du XVIIIe siècle après un incendie, il prend place au milieu d'un parc de 20 hectares, traversé par un ruisseau avec étang, bois, prés et allées largement percées. Le nom Tronjoly vient du breton Traon Joliff qui veut dire Belle vallée. Un grand fronton cintré et armorié orne le centre de la façade. Une devise, gravée dans la pierre sous la niche à cloche, dit : «Mon timbre sonne exact à notre devoir.»

Le tweet du jour

Mark Cavendish est du genre devin. Dans un de ses nombreux tweets, l’Anglais annonce Philippe Gilbert gagnant au Mur de Bretagne. «Je paris sur Philippe Gilbert pour la gagne demain. C’est son anniversaire. J’espère que Tony Martin va pouvoir faire quelque chose.» Contre ce Gilbert là, permet-nous d’en douter.

Le pari de la rédac

Il faudrait être fou pour citer un autre nom que Philippe Gilbert. Le Belge est l’ultra favori de l’arrivée sur le mur de Bretagne. Thomas Voeckler peut créer la surprise, pas loin de ses terres. Alberto Contador doit aussi tenter quelque chose pour récupérer du temps. Pour le maillot jaune, Hushovd va perdre la seconde d’avance qu’il possède sur Evans, qui va ce soir porter la tunique du leader de la Grande Boucle.

L’avis d’Anthony Charteau

«On a droit au Mûr de Bretagne. Je l’ai passé plusieurs fois, lors du Tour en 2004 notamment et en courses amateur. C’est vraiment une arrivée pour Philippe Gilbert. Je ne vois vraiment pas qui va pouvoir le battre. Je ne pense pas que les favoris au général se découvrent demain. Ils ne vont pas prendre de risque si tôt dans la course.»