Comment Fabien Galthié a transformé Montpellier

RUGBY Si le club héraultais dispute les barrages du Top 14, il le doit beaucoup à son nouvel entraîneur...

A.P.

— 

L'ERC, organisateur des Coupes d'Europe de rugby, a indiqué jeudi avoir déposé une plainte envers Montpellier, accusé de ne pas avoir inscrit ses internationaux Fulgence Ouedraogo, François Trinh-Duc et Julien Tomas sur la liste des joueurs engagés dans le Challenge européen.
L'ERC, organisateur des Coupes d'Europe de rugby, a indiqué jeudi avoir déposé une plainte envers Montpellier, accusé de ne pas avoir inscrit ses internationaux Fulgence Ouedraogo, François Trinh-Duc et Julien Tomas sur la liste des joueurs engagés dans le Challenge européen. — Pascal Guyot AFP/Archives

Samedi à Castres, le Montpellier Hérault rugby va découvrir l’odeur des phases finales avec ce match de barrage contre le CO. Après un break de deux ans loin des pelouses du Top 14, Fabien Galthié a prouvé qu’il n’avait pas perdu la main. L’affaire n’était pas gagnée, tant le Montpellier des Ouedraogo et Trinh-Duc avait pris l’habitude de beaucoup promettre pour mieux décevoir.

Arrivé avec un projet de jeu ambitieux et épaulé de son ami Eric Béchu, l’ancien entraineur du Stade Français a très vite imposé sa marque et sa personnalité. «Il peut avoir un humour un peu particulier», admet l’ouvreur François Trinh-Duc. Parfois cassant, Galthié a imposé un style exigeant mais apprécié par de nombreux observateurs comme Pierre Villepreux   «Montpellier propose un des jeux les plus libérés du championnat, souligne l’ancien entraîneur du Stade Toulousain et du XV de France. Pour y arriver, il faut obtenir l’adhésion totale de ses joueurs, donc je suppose que Gathié et Béchu a trouvé les mots justes»

«Il a su mettre du concret»

S’il n’est pas réputé pour ménager ses troupes, Fabien Galthié sait en tirer le meilleur comme a pu le constater François Trinh-Duc. «Il a su mettre du concret dans ce qu’on pouvait me reprocher. Certains entraîneurs vous disent que ''ce n’est pas comme ça qu’il faut faire'' mais ne proposent rien derrière.»

Pourtant, la belle mécanique montpelliéraine a connu quelques ratées ces dernières semaines, chutant de la première à la sixième place du championnat. «Montpellier est comme toutes les autres équipes, rappelle Pierre Villepreux. Quand ils n’avancent pas devant, ils deviennent assez prévisible derrière.»  Et face à ça, même Fabien Galthié ne peut pas faire grand-chose.